11:12 PROJETS

Chasse à l’amiante

La Cellule amiante de l'Etat de Vaud lance un projet-pilote auprès de la population de dix communes vaudoises. Son but : récupérer en déchèterie des objets en fibrociment amianté correctement emballés.

L’amiante, malgré son interdiction d’utilisation depuis 1989, reste bien ancré dans notre environnement. Afin de lutter plus efficacement contre ce matériau, la Cellule amiante de l'Etat de Vaud, qui réunit des spécialistes de la santé publique, de l'environnement et des constructions, interpelle la population du canton depuis trois semaines en vue de lutter contre ce fléau. Dix communes vaudoises (Ecublens, Gollion, L'Abbaye, Le Chenit, Le Lieu, Moiry, Montilliez, Morges, Penthalaz et Penthaz) ont été choisies pour participer à une opération pilote de ramassage des déchets en fibrociment amianté.Des sacs sont distribués gratuitement et des bennes prévues pour les déposer. Ce nouveau concept devrait s’étendre à tout le canton dès l'année prochaine.

L’amiante peut se trouver dans de nombreux objets de notre quotidien comme les bacs à fleurs, les plaques ondulées, les dalles et les tuiles. De nombreux objets anodins doivent être débarrassés avec précaution, car la plupart d'entre eux ont été fabriqués en fibrociment contenant de l'amiante. Bien qu'interdit en Suisse depuis 1989, ce matériau se rencontre encore souvent dans notre environnement bâti, de la remise de jardin jusqu'aux toitures des habitations.

Des sacs dans les déchetteries

Pour cette opération, une première en Romandie, près de 15'000 prospectus sont actuellement distribués à la population cible des dix communes concernées, par voie de tous-ménages, courrier postal ou correspondance officielle. Ainsi les habitants sont informés au mieux de la marche à suivre. En effet, ils trouveront désormais dans la déchèterie de sa commune des sacs en plastique transparent munis de l'inscription « a – attention, contient de l'amiante », mis gratuitement à disposition. Les usagers sont invités à les utiliser pour emballer les déchets en fibrociment amianté, avant de les déposer dans la benne prévue à cet effet.

Toutes les tranches de la population peuvent être concernées, du bricoleur amateur au jardinier du dimanche en passant par les professionnels de la construction. Or il convient de le manier avec précaution en évitant de l'abîmer, car ce produit devient dangereux dès lors qu'il est cassé, percé, poncé ou meulé. Les fibres d'amiante, une substance utilisée par l'industrie pour ses propriétés de résistance mécanique et thermique, pénètrent profondément dans les poumons. Elles exposent au risque de développer des maladies, dont des cancers, après une période de latence de 20 à 40 ans.

Précautions à prendre lors des rénovations

Pour rappel, tout bâtiment construit avant 1991 peut contenir des matériaux contenant de l’amiante. Toute intervention sur ces objets peut donc représenter un risque d’exposition à l’amiante. Certains éléments sont problématiques, notamment les isolations en amiante floqué, les isolations en carton d'amiante fixées sous les rebords de fenêtres ou derrière les radiateurs ainsi que les garnitures ignifuges des portes. Dans ces cas, la moindre manipulation peut contaminer l'air ambiant.

Il convient de prendre des mesures de protection lors de toute action entreprise sur des produits de construction contenant de l'amiante, même s'il s'agit de petites réparations ou de travaux de maintenance. Il est souvent nécessaire de faire appel à des entreprises spécialisées dans les travaux d'assainissement.

De nombreuses informations relatives aux problèmes liés à l'amiante et à ce projet-pilote peuvent être consultées sur le site www.vd.ch/amiante.

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.