10:08 PROJETS

Crans-Montana veut puiser son eau via le barrage du Rawyl

Teaserbild-Quelle: Tisrico, CC_BY-AS_4.0

Confrontées à une grave pénurie d’eau, les communes du Plateau de Crans-Montana veulent créer un nouveau réseau d’alimentation en se reposant sur les capacités du barrage de Tseuzier. Le projet prévoit aussi la production d’électricité d’origine renouvelable.

Barrage Tseuzier

Crédit image: Zacharie Grossen, CC_BY-AS_4.0

Le lac artificiel de Tseuzier doit servir à stocker les réserves d’eau pour prévenir la pénurie estivale.

Qui le croirait? Les Alpes risquent de ne plus fournir assez de ressources en eau du fait de la fonte des glaciers sous l’action du réchauffement climatique. Confrontée à de graves pénuries cet été, la commune de Crans-Montana et sept autres collectivités valaisannes voisines veulent mieux utiliser les ressources du barrage de Tseuzier et son bassin-versant du col du Rawyl, pour renforcer leurs propres réseaux d’alimentation et d’irrigation.

Lente agonie de la Plaine-Morte
Comme point de départ, la disparition progressive du glacier de la Plaine-Morte, si prisé des skieurs en hiver. Le Haut Plateau valaisan doit aussi composer avec les caprices de la nature. La rivière descendant de la crête est à sec. Et le barrage de Tseuzier a été construit pour répondre aux besoins d’alimentation en électricité uniquement.

Il s’agit donc d’exploiter les ressources hydrauliques locales par la création d’un nouveau réseau de conduites. Le projet prévoit de diriger les eaux de fonte du printemps vers le lac artificiel du Tseuzier pour faire face aux pénuries estivales. Soit 20 km de conduites à aménager pour permettre la distribution de 8 millions de mᶟ d’eau, principalement pour l’agriculture.

Potentiel hydroélectrique important
Les ingénieurs responsables du projet entendent aussi mieux exploiter les installations hydroélectriques du Rawyl. La région concernée pourrait produire 34 millions de KWh par an, ce qui représente l’alimentation de 6000 ménages. Une production indigène d’énergie renouvelable, comme cela commence à se répandre.

Le coût du projet est estimé à 55 millions de francs. Les communes concernées ont sollicité le Conseil d’Etat valaisan pour le faire homologuer. Ils mettront ensuite le dossier à l’enquête publique. Pour l’heure, la principale opposition vient du WWF. Les premiers travaux sont attendus pour l’été 2023.

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.