08:09 PROJETS

La tour de bois la plus haute du monde

Erigée dans la ville norvégienne de Brumunddal, la tour Mjøsa vise le titre du plus haut bâtiment en bois au monde. Sa construction, qui a débuté en avril cette année et devrait se terminer en 2019, démontre la façon dont le bois peut se substituer au béton. Avec ses 80mètres de hauteur, la tour accueillera 18étages de bureaux et d'appartements, ainsi qu'un hôtel.


Les bâtiments en bois proposent une solution écologique et rapide à la densification urbaine et aux exigences environnementales de plus en plus strictes. L'utilisation du bois comme matériau principal permet des constructions légères et rentables, car les durées de mises en œuvre sont divisées par deux, et l'impact environnemental minime. Les machines utilisées sont plus légères également.

Plis croisés

Cette tour est érigée en utilisant le lamellé-collé, le CLT, ainsi que le Kerto® LVL (lamibois) de Metsä Wood. Afin de garantir la capacité porteuse exigée, des panneaux en bois à plis croisés Kerto-QLVL seront utilisés pour les planchers entre étages. Ces panneaux sont extrêmement robustes et durables. Toutefois, du béton sera utilisé entre chacun des sept derniers étages de la tour, non pour la capacité porteuse, mais plus simplement avec la stabilisation: plus l'on monte dans une tour, plus le balancement est prononcé – que le bâtiment soit en bois ou en béton. Le poids supplémentaire apporté par le béton entre les étages supérieurs permettra donc de ralentir ce balancement et de le rendre moins perceptible.

Le bois est un matériau de construction respectueux de l'environnement. En tant que matière première, il est renouvelable et abondamment disponible dans les forêts nordiques. Sa matière absorbe plus de dioxyde de carbone pendant la croissance de l'arbre qu'il n'en est émis pendant sa transformation. La légèreté du bois réduit en outre le transport et nécessite des fondations moins volumineuses que pour les bâtiments en béton.

Délais de construction divisés par deux

Utiliser le bois comme principal matériau, réduit les délais de construction et les coûts. Les technologies modernes permettent de préfabriquer tous les composants en usine avec un très haut degré de précision, incomparable au coulage sur site du béton. En outre, il reste relativement simple de procéder à des ajustements ou des corrections sur site.

Rune Abrahamsen, Directeur général de Moelven LimtreAS, un des principaux sous-traitants du projet de la tour Mjøsa, détaille: «Les structures de planchers, qui se composent de poutres massives sur lesquelles reposent des panneaux Kerto, sont assemblées en usine à seulement 15kilomètres du site. Évidemment, cela représente un énorme avantage si un ajustement en usine est nécessaire. Les travaux avancent au rythme d'un étage par semaine, ce qui a réduit nos délais de construction d'environ 35à 40% par rapport à un béton coulé sur site. Et grâce à la légèreté des composants en bois, nous n'avons pas besoin de machines trop lourdes.»

Le bois matériau ignifuge

Contrairement à ce qui est généralement admis, le bois est un matériau ignifuge. La protection contre l'incendie n'est pas un point faible pour la tour en bois Mjøsa. Le bois massif non traité crée de lui-même sa propre surface ignifugée: au contact du feu, sa couche externe se carbonise, protégeant ainsi le cœur du bois contre les dommages.

«Les règles de sécurité incendie stipulent qu'un bâtiment doit pouvoir supporter un incendie complet pendant au moins deux heures sans s'effondrer. Dans un bâtiment en béton et en acier, l'acier va fondre et le bâtiment va s'écrouler», explique Erik Tveit, Chef de projet chez HENTAS, le constructeur principal en charge du projet.

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.