11:09 PROJETS

L’hippodrome de Longchamp métamorphosé par Dominique Perrault

L’architecture d’un des plus grands hippodromes du monde, confié au célèbre Dominique Perrault, brillera lors d’un événement phare de la saison hippique, les 6 et 7 octobre. Le projet en images.

Le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe fête en 2018 son retour à l’hippodrome de Longchamp

Relocalisés deux années de suite à l’hippodrome de Chantilly, l’événement phare de la saison hippique retrouvera l’hippodrome de Longchamp le 6 et 7 octobre prochain. Mis à l’honneur lors de ce rendez-vous mythique, le site métamorphosé et sa nouvelle tribune aux couleurs automnales accueillera quelques 60’000 spectateurs durant un weekend de courses de galop les plus prestigieuses au monde rassemblant les meilleurs pur-sang et jockeys internationaux.

Une nouvelle tribune spectaculaire

Elément principal de l’intervention de Dominique Perrault sur le site, la nouvelle tribune s’inscrit en place des tribunes existantes démolies. D’une jauge d’environ 10’000 places en gradins, elle comprend au quatrième niveau un restaurant avec sa terrasse, cinq salons de réception, cinq bars, une brasserie et des espaces dédiés à la presse ou au personnel.

Le public se répartit sur les premier et deuxième niveaux de tribune, les professionnels et propriétaires sur le troisième niveau, les VIP sur le quatrième et dernier étage (qui comprend17 suites et 12 salons privatifs).

Evoquant dans un mouvement dynamique l’idée d’un cheval au galop, sa volumétrie oriente les regards vers la piste. Les plateaux se décalent les uns par rapport aux autres jusqu’au dernier niveau présentant un porte-à-faux d’une vingtaine de mètres. Les niveaux possèdent une double inclinaison: penchés vers l’avant et la piste, ils s’inclinent également vers la ligne d’arrivée.

Enfin, L’horizontalité marquée de la tribune et sa couleur bronze contribue à l’intégration du volume dans le paysage.

Ecuries et bâtiments transformés

Plusieurs bâtiments ont bénéficié d’une réhabilitation:

-Le Pavillon administratif, avec la création d’un PC sécurité.

-Les écuries existantes: elles comprennent 98«box» alloués aux chevaux, des boxdouche, un espace dédié au maréchal ferrant, etc.

-Le «Totalisateur»: bâtiment de la fin des années 1920, inclut auhourd’hui des bureaux au 1er étage et des chambres de lads aux étages supérieurs.

-La Tribune du pavillon: tribune historique datant de 1921 réalisée par Charles Adda, elle a été ré en vue novée dans le but de lui redonner son aspect d’origine (notamment une réouverture de la galerie au R+2 sur les gradins avec renforts de structure nécessaires).

Nouveaux espaces

A la nouvelle tribune du Jockey-Club s’ajoute maintenant une série de nouveaux espaces:

le pavillon d’honneur: à l’entrée de l’hippodrome, ce pavillon comprend des espaces professionnels et une grande brasserie. Un espace presse est implanté côté tribune du Jockey-Club. L’extension des écuries, avec 36 nouveaux box qui viennent en prolongement de ceux existants. Un bâtiment vétérinaire a été créé. Le rond de présentation : espace essentiel, l’ancien rond de présentation a été déplacé et agrandi tout en conservant des arbres centenaires. Le concept permet le contact entre le public et le monde hippique del’avant-course, sans barrière visuelle. Ainsi le rond est visible depuis les tribunes et terrasses. Les «Planches»sont des promenades de 5.500m² située à 4.50m du sol. Ces planches organisent les flux entre l’entrée d’honneur, l’accès pelouse via le tunnel, le restaurant des pistes, les tribunes, les gradins du rond de présentation et les gradins du jardin de Longchamp. Elles sont également un espace support pour des événements. Le pavillon des Balances longe le rond de présentation et son ambiance arborée et ombragée,

ce pavillon comprend les espaces professionnels comme les vestiaires des jockeys avec espaces de détente, hall de pesée (pesée des jockeys avant et après la course), sellerie et bureau du directeur de courses et salle des commissaires. La régie y est également implantée. La tribune éphémère: démontable, cette tribune complète la tribune du Jockey-Club lors des grandes manifestations (+7.500 places). Le pavillon de Suresnes comprend des espaces techniques et de stockage. Le manège est une réserve pour un futur pavillon dit du Manège qui viendra en symétrie de la brasserie grand public du Pavillon d’Honneur.

Le restaurant des pistes: implanté à l’extrémité Nord des planches, ce restaurant de 450m² dispose d’une large terrasse sur la piste. Et enfin le Totem P2: implanté sur la « pelouse de Suresnes », il dispose d’espaces courses lié au poteau d’arrivée P2.

Porosité

Ouverte des deux côtés, la nouvelle tribune propose des plateaux traversants et des circulations conçues pour permettre aux spectateurs des allers-retours libres entre les différents espaces. Elle ouvre des vues à 360 degrés sur les pistes grâce à sa transparence et à son orientation sur la piste d’un côté, et de l’autre sur le rond de présentation. La sensation d’espace et d’ouverture est favorisée par les larges baies vitrées qui laissent pénétrer la lumière naturelle et offrent un maximum de transparence.

L’idée est un bâtiment qui n’ait ni devant ni derrière, où l’on passe aisément d’un côté à l’autre, sans obstacle. Le nouvel ensemble offre également davantage de souplesse et de modularité dans l’utilisation des espaces, selon les besoins et les événements. Les suites peuvent par exemple être utilisées telles quelles ou se transformées en passage pour donner directement accès au grand salon.

Béton, métal, bois

L’infrastructure du nouvel hippodrome est composée de béton et de métal, les tribunes elles-mêmes sont revêtues de bois. Les façades en aluminium dorées contribuent à l’intégration

du bâtiment dans son environnement en jouant avec la lumière selon les saisons. En écho aux anciennes tribunes de Longchamp, les garde-corps en verre sérigraphié évoquent les jardinières de géranium de l’ancien hippodrome.

Perspectives

Où que l’on soit dans le bâtiment, le parcours est libre et les vues s’ouvrent, tant sur le champ de course que surle grand paysage. Le restaurant «le Panorama», avec sa terrasse intégrant un gradin, offre une vue imprenable sur la piste et le paysage lointain, la tour Eiffel, le Mont Valérien ou la Défense.

Les terrasses offrent également des vues sur les écuries et le rond de présentation et établissent une relation directe entre le public et le monde hippique.

Paysage

Avec sa nouvelle tribune, plus basse et plus courte que la précédente, le nouvel hippodrome fait la part belle aux espaces extérieurs. Le projet vise à sublimer le travail paysagé réalisé au XIXe siècle par Adolphe Alphand, en scénographiant le parcours des chevaux et celui des visiteurs. Ainsi les chevaux longent les tribunes pour accéder à la piste et sont visibles depuis les terrasses. La grande pelouse peut accueillir des installations temporaires, et la promenade des «planches» avec ses larges ombrelles de métal rappelle celle de Deauville de l’architecte Charles Adda.

Le bâti et les jardins composent un seul ensemble. En rétablissant une cohérence avec les lisières originelles, le projet valorise le patrimoine arboré. Une perméabilité visuelle est retrouvée au niveau de la frange ouest auparavant opaque, de façon à atténuer l’effet de frontière entre l’hippodrome et le reste du Bois de Boulogne. Un maximum d’arbres existants a été conservé, dont deux cèdres qui à travers la dalle de béton apparaissent sur la promenade en belvédère. Au total 105 nouveaux arbres ont été plantés (soit près de 600 arbres actuellement sur le site) et les larges surfaces engazonnées rendent l’espace plus vert et plus ombragé.

L’architecte, à propos de son projet:

«Le renouveau de l’hippodrome de Longchamp doit permettre d’affirmer la place de celui-ci dans le Grand Paris et sur la scène internationale des grands hippodromes du monde.

Cette ambition doit s’accompagner non seulement d’un projet architectural emblématique, capable de s’adapter aux évolutions futures, mais également d’un projet de paysage de transfiguration du territoire mettant en valeur à la fois le patrimoine bâti, héritage de l’histoire de l’hippodrome, et surtout le patrimoine végétal du Bois de Boulogne issu du plan de composition dessiné par Alphand au XIXème Siècle. Le Prix de l’Arc de Triomphe constitue le point d’orgue de la vie de l’hippodrome. Le challenge du projet consiste donc à pouvoir accueillir dans des conditions exceptionnelles cet événement qui regroupe jusqu’à 60.000 spectateurs sur le site, mais également un public plus restreint pour les journées de réunions ordinaires.

Le projet propose de déconstruire l’ensemble des tribunes datant des années 1960 et de les remplacer par une tribune unique, à la fois plus compacte et plus fonctionnelle. Les bâtiments supports de l’activité hippique, aujourd’hui éparpillés sur le site, seront également démolis et reconstruits sous la forme de pavillons. Enfin, les bâtiments historiques de l‘hippodrome seront réhabilités.

L’architecture de la tribune est en mouvement tel un cheval au galop. Un léger déversement oriente le jeu des tribunes superposées vers la ligne d’arrivée. Mais ce décalage crée côté champ de course une tribune en surplomb et, à l’inverse, côté rond de présentation, une tribune en balcon. En effet, des terrasses, des coursives, des transparences, des escaliers ouverts, tous ces éléments offriront des vues permanentes sur l’ensemble de l’hippodrome, avec évidemment des vues privilégiées sur le rond de présentation et sur la piste elle-même.

Le concept architectural est un concept « d’étagères » transparentes, n’offrant ni devant ni derrière, permettant aux spectateurs de passer aisément de la vue plongeante sur les écuries à celle de la course elle-même.

En résumé, le projet architectural met en œuvre de généreuses perspectives sur le paysage grâce à la réduction sensible de l’importance des constructions existantes sur le site. Le design architectural est très épuré, simple et élégant, laissant passer au travers des bâtiments les vues et les lumières.

Le public a toujours un contact visuel et de proximité avec les chevaux et les professionnels, sans pour autant se croiser les uns les autres. On pourrait parler d’une architecture fluide qui accompagne le mouvement, comme le symbolise le déhanchement de la grande tribune, et qui laisse passer le paysage à travers elle.

Le nouvel hippodrome de Longchamp, dissimulé dans la nature, retrouve le charme des garden party d’antan, des promenades au bois ou de la poésie des jardins de Bagatelle, tout en offrant confort pour tous les publics et efficacité pour tous les parieurs. Le projet sera un modèle environnemental pour ce type d’équipement et s’inscrit dans les objectifs du plan climat de la Ville de Paris.

En conclusion, l’intervention consiste à créer un lieu plus naturel favorisant l’implantation de nouvelles plantations; plus écologique, grâce à une conception innovante et à l’intégration de dispositifs aussi bien actifs que passifs favorisant les énergies renouvelables et l’autonomie des bâtiments; plus flexible, en mettant en place une grande variété de lieux permettant d’ouvrir Longchamp au plus grand nombre dans des conditions d’accueil adaptées à la diversité des courses hippiques; et enfin plus agréable, pour le confort de l’ensemble des usagers du site, chevaux, jockeys, cavaliers, professionnels et grand public.»

Dominique Perrault,

septembre 2015

CONCOURS INTERNATIONAL RESTREINT: 1er prix

• projet lauréat: septembre 2011

• situation Route des Tribunes, 75116, Paris

• début des études: septembre 2012

• début du chantier: octobre 2015 / Pose de la première pierre: 14 mars 2016

• achèvement des travaux: janvier 2018

• inauguration: 29 avril 2018

• maîtrise d’ouvrage: FRANCE GALOP, Boulogne-Billancourt, France

• maîtrise d’oeuvre: Dominique Perrault Architecte (DPA/Paris)

• bureaux d’étude: -économiste: RPO, Paris

-muséographie: Renaud Pierard, Paris

-structures: Tractabel Engineering, Gennevilliers

-fluides: Oteis, Rosny-sous-bois

-façades: Terrel, Boulogne-Billancourt

-acoustique, éclairage: JP Lamoureux, Paris

-paysagiste: Ter, Paris

• superficie du site 63 ha

• surface construite 15 000 m² SDO / 60 000 m² SHO B

• surface de la nouvelle tribune du jockey club 34 000 m²

• dimensions de la nouvelle tribune du jockey club: 160 m x 35 m (180m en prenant en compte le porte-à-faux)

Hauteur de 23 mètres

• surface de pelouses 55 000m² (soit 35 000m² ajoutées)

• surface de panneaux photovoltaïques en toiture 600 m²

• LEED / certifications: H QE - obligation réglementaire

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.