10:34 PROJETS

L’Ouest lausannois requalifie une route en faveur des « superbus »

Écrit par: Jean-A Luque
Teaserbild-Quelle: Photodrone.pro, Pedro Gutiérrez

Pour permettre aux Bus à Haut Niveau de Service (BHNS), beaucoup plus grands et rapides, de desservir efficacement l’Ouest lausannois, il est impératif de réaménager l’axe fort qui relie le centre-ville de Lausanne à Crissier. Un tronçon de trois kilomètres est en cours de requalification routière. Outre une voie express pour ces « superbus », des pistes cyclables, un trottoir piétonnier continu et de l’arborisation sont au programme.

Toujours plus d’habitants. Toujours plus d’emplois. L’Ouest lausannois n’en finit pas de croître. Pour le seul secteur de la route de Cossonay, entre Prilly et Crissier, on estime que 8000 nouveaux résidents et postes de travail vont y prendre place d’ici 2030. Avec comme corollaire inévitable : un accroissement des déplacements.

Pour répondre à ce défi, un réseau d’axes forts desservis par des transports publics performants est en train de voir le jour. Les gares du Flon à Lausanne et de Renens (en attendant une extension ultérieure vers Villars-Sainte-Croix) seront connectées par un tram. Un autre axe fort reliera la place Saint-François à Prilly, Renens et Crissier (et dans une deuxième étape Bussigny) par un système de « superbus » : le BHNS (Bus à Haut Niveau de Service).

Ces BHNS avec une double articulation sont beaucoup plus grands et rapides que les véhicules articulés en service ; ils peuvent embarquer 150 passagers, contre 110 actuellement. Ils offrent une qualité de service proche de celle du tram ou du métro, mais avec un coût d’investissement au kilomètre moins élevé.

Si les aménagements nécessaires pour permettre le passage des BHNS sont moins lourds que la construction d’une voie ferrée, il faut néanmoins réaménager entièrement les tronçons routiers. En effet, ces bus géants roulent en majeure partie sur un couloir réservé, passent au centre des ronds-points et bénéficient de la priorité dans les carrefours. Des mesures qui permettent de garantir la rapidité du temps de parcours et le respect des horaires.

Sérieux retards
Entre Prilly, Renens et Crissier, sur le tronçon – baptisé PP5 – long d’un peu plus de 3 kilomètres, les travaux de requalification routière ont été lancés au printemps 2022. Initialement prévu sur 30 mois, pour un budget total de 40 millions, le chantier a néanmoins pris un sérieux retard et la facture s’annonce nettement plus salée. Les trois communes, maîtres d’ouvrage, ont la responsabilité de conduire ces travaux et sont en sérieux désaccord avec le groupement pluridisciplinaire BUT qui pilote le projet. Cet acronyme BUT regroupe un trio d’acteurs importants dans la planification de projets d’infrastructure, d’urbanisme et de mobilité : BG Ingénieurs Conseils, Urbaplan et Transitec.

Aymeric Sevestre, chef de projet des Axes forts au SDOL (Stratégie et Développement de l’Ouest Lausannois), le bureau technique en appui pour les huit communes du district Ouest, connaît bien le chantier PP5. Il a été de ceux qui ont piloté le projet jusqu’à l’attribution des travaux. S’il est trop tôt pour établir des responsabilités, il concède que « dans le calendrier initial, les travaux devaient s’achever fin 2024… » Cela ne sera de loin pas le cas.

Moins de trafic automobile
Le chef de projet préfère s’attarder sur les enjeux et l’ampleur des travaux : « Le pari du BHNS, c’est d’accompagner le développement urbain d’un certain nombre de quartiers stratégiques où se concentrent aussi bien des logements, des bureaux, des commerces que du scolaire. On vise surtout un report modal avec moins de trafic automobile afin d’offrir une meilleure qualité de vie pour les riverains. »

BHNS Ouest lausannois 5

Crédit image: SDOL

Le BHNS empruntera l’axe fort qui relie la place Saint-François De Lausanne à Prilly, Renens et Crissier. Dans une deuxième étape, il poursuivra son parcours jusqu’à Bussigny.

L’objectif premier, c’est de créer une voie express pour le BHNS. « Un peu plus de 50% du tronçon est en site propre réservé pour le bus, explique Aymeric Sevestre, notamment en entrées de carrefours et de ronds-points. Mais nous n’avons pas systématiquement besoin d’une chaussée exclusive. Il a fallu mettre les emprises là où c’était nécessaire, car vous vous en doutez il y a toujours des pesées d’intérêt par rapport aux coûts engendrés et aux procédures. Il a fallu choisir judicieusement. »

Giratoires new look
Sur le chantier, les équipes du consortium CJP (Camandona – JPF – Perrin) s’affairent sur plusieurs fronts. Les travaux les plus visibles concernent les giratoires. Ces derniers sont en effet percés de manière à laisser circuler de manière prioritaire les « superbus ». Cela implique des lignes d’arrêt pour les autres véhicules qui devront d’habituer à se faire dicter leur conduite par des feux de signalisation dans les giratoires. Le chantier le plus spectaculaire étant sans conteste celui du double giratoire de Prilly, arrêt Eglise, avec son quai d’embarquement entre les deux giratoires.

BHNS Ouest lausannois 3

Crédit image: Photodrone.pro, Pedro Gutiérrez

Le chantier le plus spectaculaire est sans conteste celui du double giratoire de Prilly, arrêt Eglise, avec son quai d’embarquement entre les deux giratoires.

« Mais l’ambition du PP5 ne se limite pas à aménager une voie rapide de bus, insiste le chef de projet. La requalification de l’axe passe également par un aménagement de la chaussée avec des pistes cyclables, un trottoir piétonnier continu de minimum 2 m et une arborisation là où cela est possible. » Sur ce dernier point, le spécialiste reste humble : « Un tel projet a été conçu il y a plus d’une décennie. L’acuité sur la biodiversité ou les îlots de chaleur n’était pas aussi intense à cette époque. Il y a parfois un décalage avec les attentes d’aujourd’hui. »

Travaux en sous-sol
Une part importante des tâches se déroule bien sûr en souterrain. De telles activités sur la chaussée sont en effet l’occasion de revoir les canalisations. Certaines conduites d’eau et de gaz ont été ponctuellement déplacées. Prilly en a profité pour mettre en séparatif son réseau d’assainissement des eaux. A Renens, on a préparé l’arrivée du chauffage à distance.

BHNS Ouest lausannois 4

Crédit image: Jean-A. Luque

Les travaux routiers actuels sont aussi l’occasion de revoir les canalisations. Prilly en a profité pour mettre en séparatif son réseau d’assainissement des eaux.

La réduction du bruit dans ces quartiers de plus en plus peuplés est aussi une priorité des maîtres d’ouvrage. Un revêtement phono absorbant va être installé, accompagné de mesures de diminutions de vitesse ponctuelles. L’éclairage public est pour sa part entièrement revu avec des luminaires moins énergivores, pilotables par enclenchement automatique.

Autres articles intéressants

Annonces

Profils d'entreprises

Doka Schweiz AG

Trouvez facilement et simplement des contacts avec des artisans et des fabricants grâce aux nouveaux profils d'entreprise.

Batimag Analyse

analyse

Nouvelle analyse trimestrielle du secteur suisse de la construction

Une synthèse visuelle et concise de l'activité de construction dans toute la Suisse. ​Découvrez l'évolution des demandes de permis de construire par région et par catégorie de bâtiment pour voir les domaines domaines qui devraient enregistrer une augmentation des commandes.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

newsico

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.