11:07 TECHNIQUE

Eradiquer la moule quagga des conduites, c’est possible

Écrit par: Philippe Chopard
Teaserbild-Quelle: Reinhart Hydrocleaning

La moule quagga se répand à toute allure dans tous les plans d’eau européens. Elle fait autant de ravages dans nos lacs que dans les conduites d’eau potable. Invasive, cette variété non comestible contribue à contaminer les installations de traitement en bouchant les conduites qui y mènent. Pour y parer, Reinhart Hydrocleaning, une entreprise jurassienne préconise un nettoyage hydromécanique accompagné.


Moules quagga 2

Crédit image: Reinhart Hydrocleaning

Le site de Reinhart Hydrocleaning, à Courroux, s’est doté d’une installation test pour évaluer les avantages de son outil nettoyage avant de l’engager auprès de ses clients.

Nettoyer des conduites immergées n’est pas une mince affaire. Surtout lorsque l’entretien des installations ne se fait que par à-coups ou à l’appui d’un problème. Pour mieux le gérer, l’entreprise familiale Reinhart Hydrocleaning, basée à Courroux (JU), propose une approche différente, basée sur son savoir-faire dans le nettoyage de conduites d’exploitation pétrolière en Europe. Sa méthode est basée sur le diagnostic en amont avec ses clients et une intervention adaptée au terrain.

Les stations de pompage et les réseaux d’eau de Suisse sont en effet de plus en plus victimes de l’activité invasive des moules quagga, variété non comestible qui a le vilain défaut de filtrer l’eau en permanence et ainsi priver la faune aquatique de nourriture. Pour les installations immergées, cette moule est un fléau. Elle bouche les crépines et encombre les conduites.

L’invasion des lacs et cours d’eau par la moule quagga a fait l’objet d’une prise de conscience assez tardive. Venue de la mer Noire et probablement transportée par bateau en étant fixée à la coque ou juste engloutie dans les ballasts, elle a transité par le Danube et le Rhin pour être signalée à Bâle en 2015, puis dans le lac de Constance. Aujourd’hui, elle occupe aussi les lacs romands, explique la Société suisse de l’industrie du gaz et de l’eau (SSIGE). Elle envahit les fonds et les dispositifs de captage d’eau. Les professionnels du secteur recommandent ainsi de lutter contre sa prolifération par des mesures adaptées. Et, si possible, écologiques. Même si des procédés de chloration massive sont encore utilisés, mais sans être efficaces, comme le rapporte la société de Courroux.

La SSIGE a réuni divers professionnels l’an dernier à deux reprises pour lutter contre ce fléau. Les échanges ont révélé les dégâts que les moules quagga causent aux filtres d’une installation d’alimentation en eau potable. Surtout lorsque ces mollusques y meurent. Leur décomposition donne à l’eau pompée une couleur brunâtre et une odeur repoussante.  En dehors des atteintes à la biodiversité.

Moules quagga 1

Crédit image: Reinhart Hydrocleaning

L’outil de nettoyage circule dans la conduite par la simple force motrice de l’eau et rejette les moules par une vanne ou à l’extrémité de son parcours.

Pour sa part, Reinhart Hydrocleaning s’est associée à la société Hydrokarst Swiss SA, à Sugiez (FR), pour proposer un système de nettoyage bannissant tout produit chimique et basé tout simplement sur la circulation de l’eau. Après diagnostic, un outil de nettoyage hydromécanique parcourt le secteur à nettoyer pour rejeter les moules, les larves et les adhérents visqueux dans le lac. Cela est valable pour les installations d’alimentation en eau potable ou technique.

Planifier le nettoyage en amont
Le procédé est simple dans sa conception. « Cependant, plus il y a d’éléments problématiques, comme le dimensionnement des conduites ou la présence de vannes papillons par exemple, moins notre solution est efficace », explique Reinhart Hydrocleaning.  « J’insiste toujours pour intervenir le plus en amont possible dans la construction de nouvelles installations », précise Roland Reinhart, responsable du développement de l’entreprise jurassienne. Le nettoyage ne doit en effet pas être envisagé après la planification de la construction. Notre méthode permet de prévenir les problèmes et de proposer un nettoyage adapté en évitant les pièges du low cost. C’est tout le sens de mes démarches auprès des bureaux d’ingénieurs actifs dans ce genre de projet. » Un nettoyage efficace demande un diagnostic et des tests préalables, avant un accompagnement continu. C’est exactement ce que la société Energy Service Bienne a fini par mettre en place pour alimenter sa nouvelle station de conditionnement d’eau potable d’Ipsach (BE) au moyen d’une conduite comportant une crépine d’aspiration rétractable. L’outil utilisé par Reinhart Hydrocleaning doit pouvoir parcourir toute la conduite en profitant du flux de l’eau et sans être empêché dans sa progression. « Nous voulons toujours anticiper les éventuelles difficultés », explique encore Roland Reinhart. Outre le tracé à nettoyer, il y a la réalité du terrain, l’état de la conduite, ses dimensions, la corrosion, et le type de matériau utilisé.

Solution « all-inclusive »
L’entreprise de Courroux propose ainsi une solution « all-inclusive » pour des travaux d’entretien et de nettoyage. Elle se rend sur les chantiers avec son propre personnel et son matériel. Les outils utilisés doivent être récupérés au fond de l’eau, ce qui nécessite l’intervention de la société Hydrokarst Swiss et de ses plongeurs. Les deux entreprises sont donc étroitement associées, non seulement pour les travaux de nettoyage, mais aussi pour la surveillance de la prolifération de la moule. Une fois ramenés à Courroux, les outils sont démontés et intégralement nettoyés. Ils sont équipés de plusieurs systèmes de nettoyage, en fonction des tâches à effectuer.

Moules quagga 3

Crédit image: Reinhart Hydrocleaning

Hydrokarst Swiss SA commence par retirer les crépines immergées pour les inspecter.

Reinhart Hydrocleaning et Hydrokarst Swiss SA proposent ainsi une solution qui lutte efficacement contre les méfaits de la moule quagga. L’entreprise est déjà en contact avec divers clients pour leur faire utiliser ce système de nettoyage. « Le contact avec eux est primordial, explique Roland Reinhart. Je cherche à identifier les problèmes en amont, avant de proposer une solution adaptée. C’est un travail de longue haleine, qui vise à éviter de devoir nettoyer une installation en urgence. Nous proposons ainsi un diagnostic annuel et des interventions très ciblées. » Même si leurs partenaires lui font souvent remarquer des coûts plus élevés. « C’est justement parce que le nettoyage n’est pas prévu dans le budget initial de nos partenaires que nous donnons la fausse impression d’être plus chers », explique encore l’entreprise.

Reinhart Hydrocleaning se livre à des tests préalables sur son site de Courroux (JU) pour que l’intervention auprès de ses clients se déroule le mieux possible. En ce qui concerne les ouvrages existants, elle propose aussi une analyse de faisabilité avant son intervention. Un bon nettoyage efficace et une intervention sécurisée à plusieurs dizaines de mètres de profondeur sont à ce prix.

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.