14:05 TECHNIQUE

La maçonnerie médiévale retrouve sa noblesse au château de Grandson

Écrit par: Philippe Chopard
Teaserbild-Quelle: Fondation du Château de Grandson, Raphaël Dupertuis

Les restaurateurs de monuments recourent aux techniques de maçonnerie les plus anciennes pour faire revivre le passé. Expert-consultant en crépis et en maçonneries anciennes, Roger Simond a piloté la rénovation de l’enveloppe du château de Grandson. Déjà à l’époque, les constructeurs médiévaux ­privilégiaient l’économie de proximité. Quoiqu’un peu forcé par les modestes moyens de transport de l’époque.

Maçonnerie Grandson 2

Crédit image: Fondation du Château de Grandson, Rémy Gindroz

Les murs du complexe et son cellier se distinguent par la grande diversité des matériaux utilisés au cours de leur construction.

Avec sa silhouette massive, le château de Grandson (VD) donne l’image d’une construction figée pendant le millénaire de son existence. Pourtant, s’approcher de ses murailles et pénétrer dans la cour intérieure permettent de découvrir la diversité des matériaux utilisés pour sa construction et ses multiples travaux d’entretien, au fil des siècles. Le chantier d’assainissement de son enveloppe ouvre ainsi le livre des techniques de maçonnerie ­utilisées depuis le Moyen Age.

Maçonnerie Grandson 3

Crédit image: Philippe Chopard

Roger Simond ne pouvait concevoir que la production locale de chaux vive pour lier les nouveaux crépis, comme au Moyen Age.

« Regardez cette grande diversité de matériaux, de parements et de crépis, explique Roger Simond, expert-consultant reconnu en maçonnerie et en crépis anciens. Nous sommes là pour conserver l’Histoire dans la pierre par un entretien réduit au minimum. Nous voulons laisser ces murs dans leur jus.»

Matériaux peu transportables
Démarré il y a une quinzaine d’années, l’assainissement du château de Grandson a ressuscité d’anciennes techniques de maçonnerie. Des procédés qui ont conduit Roger Simond et les architectes à privilégier la fabrication des mortiers in situ. Comme cela se faisait au Moyen Age, qui ne disposait pas des moyens actuels de transport des matériaux. « Ils prenaient la pierre à proximité », explique encore l’expert. Faute de ciment, le liant était obtenu par la fabrication de chaux vive à partir de calcaire, via deux processus progressifs de calcination et d’extinction. Soit une réaction chimique naturelle d’un matériau extrait dans les carrières locales pour l’obtention d’une forme de pâte. Et si la pénurie de moellons de calcaire se faisait sentir, les constructeurs ­médiévaux utilisaient d’autres roches, dont le tuf facile à façonner.

Calcaires et moraines
Le château de Grandson est donc construit avec un amoncellement de matériaux disparates, mais tous témoins de leur époque. Cette diversité s’explique aisément. Le terrain est en bordure du Jura riche en calcaire et du lac de Neuchâtel et ses apports morainiques. La restauration de la forteresse millénaire en a évidemment tenu compte, non seulement dans ses ornements décoratifs, mais aussi dans son enveloppe. Mais il s’agit aussi de respecter d’inestimables atouts ­architecturaux. C’est pour cette raison que ­Roger Simond et les architectes ont opté pour un entretien « ad minima » des façades.

Maçonnerie Grandson 4

Crédit image: Philippe Chopard

La restauration de ce mur a laissé des interstices pour que la végétation et la biodiversité puissent y élire domicile.

Les principes de l’économie de proximité étaient donc en vigueur justement par le fait que les matériaux étaient difficilement transportables. La fabrication des ­crépis sur place était la règle. Les techniques modernes de restauration utilisées à Grandson ne font que reproduire les procédés auxquels l’entretien a eu recours au fil de son histoire, jusqu’à l’apparition des premiers ciments.

Fonctionner à l’enthousiasme
Pour le maçon d’aujourd’hui, ces travaux de rénovation demandent surtout de fonctionner à l’enthousiasme. « Je leur dis d’abord d’oublier tout ce qu’ils ont appris sur le sujet, souligne Roger Simond. Il s’agit de travailler dans le souci de respecter le bien construit et ses matériaux d’origine, tout en prenant le risque de se tromper. L’intervention doit pouvoir être supprimée sans altérer la substance historique. J’appelle cela la réversibilité. Nous intervenons à un moment donné, et qui peut dire que nous avons raison sur le long terme ? Mes successeurs auront le droit de souligner les éventuelles erreurs que nous pouvons toujours commettre. Mais je crois que nous sommes globalement dans le vrai tant que nous respectons ce que les constructeurs et restaurateurs du passé nous ont laissé. »

Cette approche bouleverse néanmoins les modes actuels de construction. A priori, il est en effet plus facile d’appliquer un ciment moderne pré-mélangé sur un mur ancien. Ce faisant, Roger Simond montre que l’aspect originel risque de disparaître. C’est pour cette raison que la restauration de monuments historiques doit s’affranchir de la modernité. « Contrairement à ce que tout le monde pense, utiliser des techniques anciennes de maçonnerie ne coûte pas plus cher, souligne Roger Simond. De plus, les études menées sur les monuments montrent que les crépis les plus récents peuvent aussi être les plus friables et se ­dégrader plus rapidement. »

La modernité peut être friable
Les murs restaurés du château transpirent le respect des matériaux utilisés tout au long de son histoire. Même le ciment naturel à prise rapide « prompt » – ancêtre du ciment Portland -  utilisé sur la base de certaines façades de la cour intérieure au XIXᵉ siècle a été l’objet d’autant d’attentions que celles accordées aux moellons médiévaux et leur ancien badigeon. De même, il a fallu que les murs respirent. C’est pour cette raison qu’ils ne sont pas crépis de manière homogène. De petits trous laissés en  façade peuvent ainsi abriter de la microfaune et de la végétation.

Maçonnerie Grandson 5

Crédit image: Atelier Roger Simond

Les maçons peuvent s’initier aux techniques ancestrales en prenant part à une formation continue une fois par année à Colombier (NE).

Le recours aux anciennes techniques de maçonnerie revitalise donc l’économie de proximité, tout en lançant des défis exaltants aux professionnels de la construction. Roger Simond partage ainsi son expérience – 2400 dossiers archivés pour la restauration de biens historique durant sa longue carrière – avec les maçons et architectes du Centre de formation professionnelle neuchâtelois, secteur des métiers du bois et du bâtiment, à Colombier (NE). Avec à la clé, la réalisation annuelle d’un prototype en six jours. « Les participants à ces ateliers sont très motivés et montrent de belles choses », se réjouit-il. Et l’accueil enthousiaste que le grand public réserve à ces anciennes techniques vient renforcer sa démarche.

Une rénovation de très longue haleine

Maçonnerie Grandson 6

Quelle: DOM Architectes Associés

Les anciennes collections seront mieux mises en valeur dans trois ans, avec le réaménagement du cellier.

Entre les premiers seigneurs de Grandson et leur château actuel, un millénaire s’est écoulé au rythme d’un entretien ­régulier. Mais c’est en 2008 que ses actuels propriétaires, à savoir la Fondation SKKG de Winterthour et son exploitant, la Fondation du château de Grandson (FCG), ont pris la juste mesure de la santé du monument pour lancer leur projet de restauration. Une inspection de l’état du château a en effet révélé d’importantes faiblesses structurelles. Et c’est à la communauté d’architectes Amsler & Fischer Montavon qu’est ­revenue la mission de mener les travaux de la rénovation de l’ensemble.

Huit ans pour stabiliser l’enveloppe
Le chantier a démarré en 2011, et la réfection des murs et crépis s’est achevée huit ans plus tard. Les travaux ont permis de stabiliser l’enveloppe de la forteresse, dont les murs atteignent 40 m de hauteur.  Actuellement, ce sont les intérieurs qui sont en train d’être assainis. Le chantier a permis au ­laboratoire d’archéologie lausannois Archeotech de découvrir des trésors oubliés, comme des peintures murales datant du XVIIe siècle, à l’époque où le château était en mains des baillis bernois.

Les propriétaires ont depuis 1983 l’intention de faire revivre cette forteresse millénaire. Celle-ci a abrité dès les années 1960 un musée de vieilles voitures. Ce dernier est resté dans le cellier du château jusqu’en 2016. L’heure est venue de réadapter les locaux d’exposition pour mieux prendre la mesure de la richesse patrimoniale du lieu.

Longue préparation
Depuis l’arrivée des propriétaires actuels, il a fallu encore presque trente ans avant que les murs du château soient restaurés. Les deux fondations partenaires ne sont pas pour autant restées inactives. Elles ont pu superviser dès le début des années 1990 plusieurs interventions, comme la réfection des murs de soutènement ou du châtelet. Depuis 2011, la SKKG a investi près de 50 millions de francs. Avec pour objectif de rouvrir le château le 2 mars 2026, date du 550e anniversaire de la célèbre bataille qui a vu le duc de Bourgogne Charles le Hardi perdre ses richesses. La SKKG et la FCG vont créer de nouveaux espaces d’expositions temporaires et permanentes. Les cinq étages du bâtiment seront en outre équipés d’un ascenseur pour permettre leur visite par des personnes à la mobilité réduite.


Autres articles intéressants

Annonces

Profils d'entreprises

ALBANESE® Baumaterialien AG

Trouvez facilement et simplement des contacts avec des artisans et des fabricants grâce aux nouveaux profils d'entreprise.

Batimag Analyse

analyse

Nouvelle analyse trimestrielle du secteur suisse de la construction

Une synthèse visuelle et concise de l'activité de construction dans toute la Suisse. ​Découvrez l'évolution des demandes de permis de construire par région et par catégorie de bâtiment pour voir les domaines domaines qui devraient enregistrer une augmentation des commandes.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

newsico

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.