10:11 TECHNIQUE

Les techniques antiques au secours du réemploi de la pierre de carrière

Teaserbild-Quelle: EPFL, Salvatore Aprea

Les déchets de pierre de carrière peuvent être aisément réutilisés dans la construction d’aujourd’hui, affirment l’EPFL, l’EPFZ et le bureau genevois Archiplein. Les trois partenaires en apportent la preuve par l’acte en réalisant six prototypes de murs selon des procédés datant de l’Antiquité.

Murs pierres de carrière EPFL

Crédit image: EPFL, Salvatore Aprea

Les prototypes de murs ont été réalisés avec une base d’argile, de chaux et de ciment.

La réutilisation des matériaux tient ses lettres de noblesse dans les hautes écoles. Les archives de la construction moderne de l’EPFL et la chaire durable de l’EPFZ viennent d’explorer en compagnie du bureau d’architecture genevois Archiplein les vertus du réemploi de déchets de carrière. Les chercheurs ont ainsi construit six prototypes de murs en se passant de béton armé.

Un programme européen
Archiplein n’en est pas à son premier coup d’essai dans la réutilisation de matériaux et de techniques de construction oubliées. Distingué par la récente édition de l’Arc Award de la Documentation suisse du bâtiment, le bureau a collaboré avec les deux écoles impliquées dans ce projet à au programme européen Circular Building Industry Booster, qui encourage l’économie circulatoire et l’innovation dans la construction.

Deux procédés inverses
La réalisation des prototypes de murs à Lucery-Villars (VD) ouvre ainsi la voie au réemploi des déchets issus de carrière et à la valorisation des pierres des champs, explique l’EPFL dans un communiqué. Les chaleurs ont divisé leurs réalisations en deux groupes pour tester différents procédés et trois types de mortier comme liant. D’abord, ils ont jeté le mortier dans un coffrage et ensuite les pierres. Ensuite, il s ont répété l’opération dans le sens inverse, en disposant les pierres en premier pour être enrobées.

Des murs « cyclopéens »
Les trois types de mortier utilisés dans l’expérience ont eu recours à une faible teneur en ciment, à l’emploi de chaux et à l’incorporation de terre « non végétale », donc non cultivable. La grande taille des pierres a invité les chercheurs à qualifier ces murs de cyclopéens, en référence aux techniques de construction de l’Antiquité.

Réintroduction écologique
L’EPFL rappelle que les déchets de pierre de taille sont retravaillés pour être réemployés. Ce qui provoque une forte dépense énergétique. Le ciment, malgré tous les efforts consentis par les scientifiques, cuit à une température encore trop élevée. La recherche de matériaux inertes est aussi problématique. Les chercheurs souhaitent en fait que les techniques de construction du passé soient réintroduites pour des raisons écologiques. « Pourquoi ne pas ressusciter des murs bas carbone, sans armatures d’acier ni adjuvants ?», lance Marlène Leroux, du bureau Archiplein….

 

Autres articles intéressants

Annonces

Profils d'entreprises

Fondation pour la protection du climat et de la compensation du CO₂ KliK

Trouvez facilement et simplement des contacts avec des artisans et des fabricants grâce aux nouveaux profils d'entreprise.

Batimag Analyse

analyse

Nouvelle analyse trimestrielle du secteur suisse de la construction

Une synthèse visuelle et concise de l'activité de construction dans toute la Suisse. ​Découvrez l'évolution des demandes de permis de construire par région et par catégorie de bâtiment pour voir les domaines domaines qui devraient enregistrer une augmentation des commandes.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

newsico

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.