13:53 TECHNIQUE

L’EPFL va tirer un profit écologique du chauffage à distance de son campus de Sion

Teaserbild-Quelle: EPFL

L’EPFL lutte aussi contre le réchauffement climatique par la capture, le stockage et le réemploi des gaz à effet de serre. Elle engage onze de ses départements et trois de ces facultés dans un projet pilote européen en se reposant sur les relations entre son campus de Sion et l’usine d’incinération des déchets d’Uvrier (VS). A terme, le dioxyde de carbone ne s’échappera plus dans l’atmosphère.

Campus EPFL Sion

Crédit image: EPFL

Le campus valaisan est déjà chauffé à distance par l’usine d’incinération des déchets d’Uvrier. Ne manque plus que l’optimisation de ce système.

La neutralité carbone mobilise les scientifiques de l’EPFL. A deux pas du campus valaisan de l’institution, l’usine d’incinération des déchets d’Uvrier, à l’est de Sion, va servir pendant six ans de laboratoire de captage et de stockage du dioxyde de carbone, par le biais d’un démonstrateur construit à l’échelle par onze départements de recherche répartis entre Sion, Lausanne et Neuchâtel. Les trois facultés concernées mènent ainsi un projet européen qui vise à créer une économie circulaire et durable autour des gaz à effet de serre.

Les chercheurs ont donc pris langue avec la société valaisanne Enevi, qui produit du dioxyde de carbone dans son usine d’Uvrier. Cette dernière chauffe aussi le bâtiment de l’EPFL du campus sédunois d’Energypolis. En captant les gaz à effet de serre directement à la sortie des cheminées de l’usine, les laboratoires sédunois réduisent leur empreinte carbone, communiquent-ils.

CO2 EPFL Sion

Crédit image: EPFL/MCV CC-BY-SA 4.0

Le démonstrateur proposé sur le site de l'usine d'incinération des déchets Enevi, près du campus valaisan de l'EPFL.

Le procédé mêle deux techniques. La première consiste à filtrer les gaz à effet de serre via des membranes en graphène, et la seconde retient les molécules au travers de sortes d’éponges. Il cherche aussi à améliorer la capture du dioxyde de carbone.

Un gaz transportable et injectable
Les scientifiques ne s’arrêtent pas là. Ils développent aussi des procédés de conversion et d’utilisation des gaz à effet de serre, notamment par électrolyse. Ils contribuent ainsi à produire de l’hydrogène vert combiné au dioxyde de carbone, pour créer un méthane transportable et injectable dans le réseau de gaz naturel existant. L’EPFL va aussi créer un banc d’essai pour le stockage de cette ressource, l’échelle d’un mètre, pour espérer généraliser le processus en conditions réelles à l’avenir.

Les chercheurs souhaitent enfin intégrer leurs investigations dans les analyses de cycle de vie des matériaux et des infrastructures énergétiques. Ils n’en oublieront pas pour autant les éléments financiers de leurs démarches. Ils associeront aussi les étudiants à leurs expériences.

Autres articles intéressants

Annonces

Profils d'entreprises

Commerce de fer fribourgeois SA

Trouvez facilement et simplement des contacts avec des artisans et des fabricants grâce aux nouveaux profils d'entreprise.

Batimag Analyse

analyse

Nouvelle analyse trimestrielle du secteur suisse de la construction

Une synthèse visuelle et concise de l'activité de construction dans toute la Suisse. ​Découvrez l'évolution des demandes de permis de construire par région et par catégorie de bâtiment pour voir les domaines domaines qui devraient enregistrer une augmentation des commandes.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

newsico

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.