14:23 TECHNIQUE

L’archéologie révèle les techniques antiques d’entretien des aqueducs romains

Teaserbild-Quelle: Cees Passchier

Une équipe de scientifiques allemands et britanniques a levé une partie du voile sur les méthodes d’entretien des conduites d’eau en étudiant l'aqueduc de Divona, près de Cahors dans le sud-ouest de la France. Les archéologues ont constaté que l’ouvrage était régulièrement nettoyé et débarrassé de ses dépôts calcaires.

Le canal de l'aqueduc de Divona a été creusé dans la roche sur de longues distances. Les opérations de fouilles programmées ont permis de mettre au jour des tronçons partiellement colmatés par des dépôts

Crédit image: Cees Passchier

Le canal de l'aqueduc de Divona a été creusé dans la roche sur de longues distances. Les opérations de fouilles programmées ont permis de mettre au jour des tronçons partiellement colmatés par des dépôts.

L'aqueduc de Divona, dans le sud-ouest de la France, est l'un des plus anciens du pays. Construit au début du premier siècle, il a probablement alimenté la ville gallo-romaine de Divona Cadurcorum, l'actuelle Cahors, jusqu'au IVe ou Ve siècle. Il acheminait l'eau d'une source dans la vallée du Vers, d'abord par des conduites taillées dans la roche, puis par des canaux maçonnés, sur une distance de 31,6 km jusqu'aux thermes de la ville.

Des dépôts de carbonate de calcium
En règle générale, les aqueducs romains, alimentés par des sources ou des rivières situées dans des régions calcaires, transportaient de l'eau dure, contenant du carbonate de calcium dissous. Si du dioxyde de carbone s'
était échappé au-dessus de la surface de l'eau du canal, le carbonate dissous se déposait sur les parois et au fond du conduit. Sans nettoyage, ces dépôts pouvaient atteindre une épaisseur de plusieurs centimètres au fil des décennies et obstruer l’amenée d'eau.

Archives d'une histoire non écrite
De telles traces de calcaire se retrouvent également dans l'aqueduc de Divona. Comme l'explique une géo-archéologue de l'Université d'Oxford, la chaux
trouvée dans le conduit devrait très probablement dater du IIIe ou du IVe siècle. «Les aqueducs sont à plusieurs égards des archives de l'histoire non écrite» explique-t-elle. L’étude des dépôts calcaires est la seule à révéler si les canaux ont été effectivement nettoyés dans l'Antiquité. L'aqueduc de Divona a donc été régulièrement entretenu, ont constaté les archéologues. Des traces montrent que les dépôts de calcaire étaient à chaque fois enlevés à l'aide d'outils. Les chercheurs ont en outre constaté la présence de petites déformations sur des petits cristaux de calcite qui peuvent se former lorsque ceux-ci sont frappés par un objet lourd comme une pioche.

Le canal est protégé par un mortier étanche de type opus signinum. Cette partie du canal, proche de la source, n’est pas affectée par les dépôts de carbonate.

Crédit image: Cees Passchier

Le canal était protégé par un mortier étanche. Cette partie, proche de la source, n’est pas affectée par les dépôts de carbonate.

Après avoir déterminé les variations saisonnières de la température de l'eau dans l'aqueduc et utilisé ces informations pour compter les couches déposées chaque année, l'équipe est arrivée à la conclusion que l'aqueduc avait été en service pendant 88 ans. Pendant cette période, il a été nettoyé, 28 fois. «Chaque nettoyage a été effectué rapidement et a probablement duré au maximum un mois. De plus, il n'a jamais eu lieu en été, lorsque les gens avaient le plus besoin d'eau» explique une archéologue. Cela correspond aux recommandations du sénateur et écrivain romain Sextus Julius Frontinus concernant l'entretien des aqueducs de la ville de Rome - le seul traité connu sur ce sujet. L'étude actuelle pourrait être le premier travail de recherche à confirmer archéologiquement les recommandations théoriques de Frontinus en matière d'entretien.

Opus Signinum, un mortier étanche
Les archéologues ont découvert Opus Signinum, un mortier rouge imperméable avec lequel l'aqueduc a apparemment été réparé deux fois au total. Pendant les travaux de rénovation, l'arrivée d'eau a été interrompue pendant une longue période, comme le montrent les
investigations. Il a également été constaté que les travaux de nettoyage se faisaient plus rares au cours des dernières années de l'aqueduc. Cela était dû à une baisse de la population et donc de la consommation d'eau, ou encore à une diminution des ressources disponibles pour l'entretien.

Autres articles intéressants

Annonces

Profils d'entreprises

SECU-R SA

Trouvez facilement et simplement des contacts avec des artisans et des fabricants grâce aux nouveaux profils d'entreprise.

Batimag Analyse

analyse

Nouvelle analyse trimestrielle du secteur suisse de la construction

Une synthèse visuelle et concise de l'activité de construction dans toute la Suisse. ​Découvrez l'évolution des demandes de permis de construire par région et par catégorie de bâtiment pour voir les domaines domaines qui devraient enregistrer une augmentation des commandes.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

newsico

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.