08:04 ARCHITECTURE

La réhabilitation de l'ancienne décharge de Bonfol a capoté

Teaserbild-Quelle: Sylvain Dubail, Gauthier Corbat et Augustin Rebetez

La Fondation Mémoire, Art et Forêt de Bonfol (JU) n’a pas réussi à financer le projet que lui avait soumis Mario Botta pour réhabiliter l’ancienne décharge de la chimie bâloise. Trois Jurassiens l’ont repris et redimensionné, pour proposer une revalorisation artistique des vestiges du site. Mais la commune a préféré rendre le site à la nature.


Bonfol projet redimensionné

Crédit image: Sylvain Dubail, Gauthier Corbat et Augustin Rebetez

Une nouvelle structure à pan incliné aurait dû valoriser l’ancien mur de la décharge, seul vestige des activités de la chimie bâloise sur place.

La pilule de 9 millions proposée par Mario Botta pour reconvertir l’ancienne décharge de Bonfol était trop grosse à avaler. Devant l’échec financier de son projet initial, la Fondation Mémoire, Art et Forêt rebondit avec un projet trois fois moins cher, mais qui réhabilite le mur principal des installations de la chimie bâloise. Celle-ci avait en effet fixé au mois d’octobre dernier la date butoir pour participer à la revalorisation du site qu’elle avait fait dépolluer. Cependant, même la commune n'en veut pas. Les critiques ont fusé et les autorités doivent se résoudre à faire table rase de tous les vestiges.

Les objectifs de la Fondation étaient les mêmes avec un projet redimensionné. A savoir, faire de ce lieu, autrefois centre de destruction de l’environnement, un espace de mémoire et une attraction touristique. L’ultime vestige de la chimie bâloise rappelle l’exploitation de la décharge. Ce mur, long de 200 m et haut de 11 m, agit ainsi comme une piqûre de rappel des activités industrielles qui s’y sont déroulées.

Un refuge pour l’art et l’observation
L’architecte Sylvain Dubail, l’entrepreneur Gauthier Corbat et l’artiste Augustin Rebetez ont donc revisité le projet en consacrant leurs efforts sur le sauvetage et la valorisation du mur. Sous le terme du Refuge, ils veulent y ajouter un pan incliné formant un espace intérieur de forme triangulaire. La structure sera recouverte d’une charpente et d’une toiture de tuile, rappelant ainsi une grange. Mais la population de la commune leur a aussi dit non.

Crédit image: Fondation Mémoire, art et forêt Bonfol

Le projet de Mario Botta n’a finalement pas pu être financé malgré une campagne de récolte de fonds très active.

La Fondation avait pourtant redimensionné son projet de lieu de mémoire, présenté il y a plusieurs années par Mario Botta. Ce dernier voulait y construire une tour d’observation de 40 m de hauteur et y aménager deux jardins circulaires de 400  m de circonférence ainsi qu’un arboretum. Une vraie attraction touristique dédiée au Land Art. Le nouveau Bonfol avait repris l’idée de l’observation de la nature, et de la forêt jurassienne en particulier. La décision communale lui donne raison, sans autoriser de nouvelles constructions.

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.