08:07 ARCHITECTURE

Quand le numérique redonne vie aux vestiges du passé: Qal'eh Dokthar en Iran

Teaserbild-Quelle: Budget Direct

Un Versailles dans les Caraïbes ou un vestige d'une civilisation mythique en Grèce: aujourd'hui encore, des ruines témoignent de la splendeur des anciens palais. Une équipe d'architectes a reconstitué numériquement certains d'entre eux à leur apogée. Quatrième épisode de notre série: Qal'eh Dokthar en Iran.

L’image ci-dessus est interactive. Pour découvrir ce à quoi ces murs en ruines ressemblaient au temps de leur splendeur, amusez-vous à déplacer la barre de défilement blanche avec votre souris.

Qal'eh Dokthar en Iran: forteresse sur la falaise

Le Qal'eh Dokthar a été construit par Ardashir Ier au IIIe siècle, lors de la fondation de l'empire sassanide, près de la ville iranienne de Firuzabad. A l'époque, cette forteresse cachait en se murs une résidence royale au troisième étage. Mais trop petite au goût du monarque, ce dernier s’est fait construire rapidement un palais plus fastueux, construit à proximité. Techniquement, Qal'eh Dokthar est un château et non un palais. Ce n’est pas pour rien qu’il est placé stratégiquement au sommet d’une haute falaise.

Aux origines de l'architecture iranienne
Le château présente une caractéristique architecturale particulière: un des tout premiers chahâr tâq iraniens y a en effet été conçu. Cette structure qui signifie «quatre arches» en farsi est essentiellement un bâtiment à coupole sur trompes, un noyau carré avec des arches soutenant un dôme. Aujourd'hui, les chahâr tâq font partie des caractéristiques les plus importantes de l'architecture iranienne traditionnelle.


Pour en savoir plus: www.budgetdirect.com



Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.