12:07 DIVERS

L'Empa se dote d'un nouveau campus de recherche soucieux de notre avenir

Teaserbild-Quelle: SAM Architectes, Filippo Bolognese Images

Le campus de l’Empa et de l’Eawag à Dübendorf (ZH) est conçu pour être un lieu d’inspiration pour les idées et les innovations en matière de construction respectueuse de l’environnement et du climat. Les bâtiments et les installations sont équipés de solutions pour économiser ou produire de l’énergie. 

Visualisation de l'accès au futur campus «co-operate» depuis la Überlandstrasse avec le nouveau parking sur la droite.

Crédit image: SAM Architectes, Filippo Bolognese Images

L'accès au futur campus «co-operate» se fera depuis la Überlandstrasse, avec un nouveau parking sur la droite.

Le nouveau campus de l’Empa et de l’Eawag de Dübendorf (ZH) se veut un modèle en matière de préservation des ressources et de réduction des émissions de CO2. Des techniques innovantes y sont utilisées, telles que des sondes géothermiques de 100 m de profondeur permettant de stocker la chaleur en été et de l’utiliser en hiver pour le chauffage et la production d’eau chaude. L’objectif est de réduire au maximum les émissions de CO2 des bâtiments du campus tout en explorant cette technologie pour un avenir énergétique durable. 

Un tiers de béton en moins
Le nouveau campus vise à minimiser les émissions de gaz à effet de serre. Les bâtiments sur le site, y compris un parking en bois-béton unique en son genre, ont été construits avec des techniques sophistiquées pour réduire l’utilisation du béton. Cette construction hybride a permis de réduire l’épaisseur des couches de béton d’environ un tiers, selon l’entreprise de construction Implenia. 

L’utilisation de deux matériaux de construction avec des tolérances de fabrication différentes a rendu la planification et l’assemblage difficiles.

Crédit image: Empa

L’utilisation de deux matériaux de construction avec des tolérances de fabrication différentes a rendu la planification et l’assemblage particulièrement ardus.

Une économie considérable pour le ciment, qui est nuisible au climat, a été réalisée en remplaçant environ 9'300 m² de plafonds nervurés en béton par des plafonds à poutres en bois. Selon le responsable de l'immobilier à l'Empa, l'un des défis de ce projet consistait à intégrer de manière habilement discrète l'éclairage, les lignes électriques et les conduites d'eaux usées afin de ne pas nuire à l'esthétique de ce mode de construction hybride raffiné.

L’avenir est à l'économie circulaire
Dans un futur proche, l'économie circulaire déterminera également la construction. Non seulement l'acier, le béton ou les éléments en bois peuvent être recyclés en préservant le climat, mais aussi les «matières premières» humaines. Prenons l'exemple de l'urine: des WC «NoMix» développés ces dernières années par des spécialistes de l'Institut de recherche sur l'eau Eawag, ont été installés dans le grand bâtiment de laboratoire au centre de «co-operate». Sans modifier l'utilisation habituelle, ils séparent l'urine humaine de ce que l'on appelle les eaux noires, composées de matières fécales, d'eau de rinçage et de papier toilette.

Source d'engrais
Comme l'urine contient des nutriments précieux tels que l'azote, le phosphore et le potassium, elle peut être utilisée pour produire des engrais pour l'agriculture. Grâce à un procédé spécialement développé par l'Eawag, la matière première est d'abord stabilisée par un processus biologique dans le sous-sol du bâtiment NEST et perd ainsi sa forte odeur.

Un filtre à charbon actif élimine tous les résidus de médicaments avant que le liquide ne soit finalement évaporé pour devenir un engrais de haute qualité. A partir de 1000 l d'urine, on obtient 100 l de cet engrais qui, depuis 2018, est également autorisé par l'Office fédéral de l'agriculture pour l'utilisation pour les plantes comestibles. 

L'urine comme matière première: grâce à ce que l'on appelle l'effet «théière» les toilettes «NoMix» séparent l'urine afin de la recycler.

Crédit image: Eawag

L'urine peut aussi être une matière première, telle que de l'engrais. C'est grâce à ce que l'on appelle l'effet «théière» que les toilettes «NoMix» séparent l'urine afin de la recycler.

Outre le système discret de collecte des urines, de nombreux détails témoignent de la volonté du campus de montrer la voie d'une construction respectueuse de l'environnement. Des installations photovoltaïques permettront d'augmenter massivement la production d'électricité propre. Et sur une surface de plus de 14'000 m2, les gens se déplacent sur de l'asphalte récupéré avec un pourcentage élevé de 80 % de matériaux recyclés dans la couche de base et 20 % dans la fine couche de roulement.

Un aménagement plus naturel
Parallèlement, les architectes paysagistes ont renoncé à l'asphalte afin de créer un aménagement proche de la nature : les surfaces jusqu'ici imperméabilisées sont «libérées comme la Ludwig-Tetmajer-Strasse sur le site de l'Empa.

Selon l'Empa, le campus de recherche est sur le point d'être achevé. Aucune date précise n'a été communiquée. Mais selon le site web du projet, les travaux de construction devraient être achevés d'ici la mi-2024.  

Autres articles intéressants

Annonces

Profils d'entreprises

Trimble Suisse GmbH

Trouvez facilement et simplement des contacts avec des artisans et des fabricants grâce aux nouveaux profils d'entreprise.

Batimag Analyse

analyse

Nouvelle analyse trimestrielle du secteur suisse de la construction

Une synthèse visuelle et concise de l'activité de construction dans toute la Suisse. ​Découvrez l'évolution des demandes de permis de construire par région et par catégorie de bâtiment pour voir les domaines domaines qui devraient enregistrer une augmentation des commandes.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

newsico

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.