07:46 MONDE DE LA CONSTRUCTION

« La beauté de ce projet, c’est que 1 + 1 sera égal à 3 »

Écrit par: Jean-A Luque
Teaserbild-Quelle: Jean-A. Luque

Le bureau lausannois BG Ingénieurs Conseils rejoint le giron du géant canadien WSP. A l’unanimité les actionnaires-collaborateurs de BG viennent d’avaliser la transaction qui renforce les compétences du groupe en matière d’infrastructure, de bâtiment, d’environnement et d’énergie. Ce sont quelque 700 employés qui changent d’entreprise. Maître d’oeuvre de l’opération, Pierre Epars, CEO de BG, revient sur cette vente mûrement calculée et assumée.

BG Pierre Epars 1

Crédit image: Jean-A. Luque

BG, dont le siège est à Lausanne, a été fondé en 1954 par deux professeurs de l’Ecole Polytechnique de Lausanne (EPFL) : Daniel Bonnard et André Gardel. Tous deux ingénieurs dans le génie civil et l’hydraulique.

Cette fois, c’est fait ! BG Ingénieurs Conseils – plus précisément BG Bonnard & Gardel Holding SA – s’est vendu à une des plus grandes firmes de services professionnels au monde : le groupe WSP Global Inc. Cette société canadienne, cotée à la Bourse de Toronto est un géant qui emploie 65 000 collaborateurs. Elle est active dans la consultation stratégique, l’ingénierie et la conception dans les secteurs du transport, des infrastructures, de l’environnement, du bâtiment, de l’énergie, de l’eau, des mines et des ressources.

A cette échelle, l’entreprise lausannoise BG qui compte 700 professionnels basés principalement en Suisse et en France, et avec une présence au Portugal et en Italie, semble bien petite. Mais les spécialistes suisses de l’ingénierie et leur savoir-faire, notamment dans les tunnels, avaient des atouts qui ont séduit WSP et complètent son offre. Retour sur cette acquisition déterminante avec Pierre Epars, CEO de BG et maître d’œuvre de cette vente.

BG Pierre Epars 2

Crédit image: Daniel Muster

Pierre Epars, CEO de BG, est ingénieur civil EPFL de formation. Mais dès 1997, il a ajouté un bagage managérial à son curriculum avec un diplôme en gestion d'entreprise MBA - HEC Lausanne.

Aujourd’hui, on parle encore au grand patron de BG, président de la direction générale ? Ou au nouveau chef de la direction de WSP pour la région Europe de l’Ouest ?

Pour l’heure, je suis toujours le CEO de BG. Je ne prends mes fonctions de CEO pour la région Europe de l’Ouest chez WSP qu’au 1er avril. 2023 est une année de transition. On dit que la réussite d’une telle opération, c’est pour moitié à la signature. Ça, c’est fait. Et pour moitié dans le projet d’intégration. Nous allons donc nous y atteler.

Comment s’est opéré ce rapprochement ? Qui a fait le premier pas ?

Les sociétés suisses sont souvent approchées et courtisées, mais dans le cas concret, c’est une pure volonté stratégique du groupe BG.

BG n’a jamais été aussi fort sur le marché, jamais les conditions financières n’ont été aussi favorables. Le chiffre d’affaires du groupe se monte à 116 millions.

Pour le développement de BG, c’était donc le bon moment pour lancer une nouvelle dynamique.

Et concrètement, comment avez-vous procédé ?

Le plus important, c’était de trouver un partenaire qui nous corresponde ; nous avons dressé la liste des critères auxquels nous tenions. Nous voulions nous joindre à des professionnels de la profession, à une société d’ingénieurs et non pas un fonds d’investissement. Nous avons cherché une entreprise qui connaît la valeur du client, la valeur du produit. Un autre critère principal, c’était de collaborer avec une entreprise premium, qui comme nous est reconnue pour sa haute qualité.

Nous nous sommes lancés dans cette recherche en octobre 2021. Dix mois plus tard, en juillet 2022, après avoir analysé une vingtaine de sociétés, nous avons opéré notre choix.

Depuis sa création en 1954, BG n’a cessé de grandir et d’acquérir de la notoriété. Son développement ne pouvait-il passer que par sa vente ?

C’est une décision mûrement réfléchie et assumée. Les projets sont de plus en plus gros et complexes ; il faut des compétences de plus en plus larges. Pour nos clients, il n’y a que des avantages. Nous allons va pouvoir travailler à un niveau « glocal », avec la puissance du global et la proximité du local.

Pour nos collaborateurs, c’est un monde d’opportunités qui s’ouvre à eux. Les jeunes qui le veulent, qui en veulent, pourront travailler désormais sur les plus beaux projets du monde. C’est aussi un supplément d’attractivité. WSP avec ses atouts mondiaux est une marque, une belle image. Cela va nous aider pour recruter.

Et il y a bien sûr l'aspect pérennité. WSP est une société cotée en bourse avec des investisseurs stratégiques, incluant des caisses de retraite canadiennes, qui ont une vision à long terme. C’est une sécurité !

BG Pierre Epars 3

Crédit image: BG

WSP est leader mondial dans beaucoup de domaines, mais pas dans les tunnels. C’est cette expertise de BG dans les travaux souterrains, comme ici lors du creusement des tunnels du Lötschberg, qui a intéressé le géant canadien.

Quels sont les atouts qui ont convaincu WSP de vous racheter ?

Ils ont regardé et étudié ce qu’on a fait, nos projets de référence. Ils ont vu que nous avons réalisé le premier tube du Lötschberg et aujourd’hui le deuxième. Ils ont apprécié notre expertise sur le projet hydraulique de Nant-de-Drance et notre travail actuel sur le Grand Paris Express qui est le plus grand chantier urbain d’Europe et doublera le réseau du métro d’Île de France. Ce sont juste des références mondiales, des projets exceptionnels, incroyablement démesurés pour une société d’à peine 700 employés. Un sacré gage de qualité.

Quand on observe les classements de l’ENR (Engineering News-Record), WSP est premier dans beaucoup de domaines, mais pas dans les tunnels. Cette expertise dans les travaux souterrains, chez BG nous l’avons et nous l’apportons comme référence dans la corbeille de mariage.

BG est – je devrais dire était – propriété de ses collaborateurs. C’était un système garant de stabilité et d'autonomie financière. Tout cela va être bouleversé…

Effectivement, avec le closing et le transfert de propriété, WSP devient le pro-priétaire de la holding. Le Conseil d’administration reste tel qu’il est avec bien sûr un nouvel administrateur.

Le modèle d’actionnariat et de partenariat de BG avec 315 actionnaires a vécu. Cela a longtemps été un bon modèle, mais il a fait son temps. Notre génération des baby-boomers était sans doute carriériste, faisait sa vie dans la société, s’y investissait. Aujourd’hui le modèle a évolué. Les jeunes tournent plus dans leur vie professionnelle. Ils privilégient la qualité de vie, se montrent plus prudents dans leurs investissements, les diversifient et ne sont pas prêts à le mettre dans l’actionnariat de leur entreprise.

C’est un changement de paradigme pour BG. Pour moi, l’exercice principal a été de convaincre les partenaires. J’y ai mis beaucoup d’énergie, car le projet fait sens. Et il est convaincant. La preuve, les 315 actionnaires ont tous signé et se sont déclarés favorables à notre rachat.

Concrètement, comment va s’opérer l’intégration de BG avec WSP ? Y aura-t-il des emplois qui nécessiteront d’être sacrifiés ?

C’est tout le travail de ces prochains mois qui porte sur le projet d’intégration. Nous allons définir la meilleure organisation pour l’ensemble de nos collaborateurs. Nous voulons garder tout le monde, profiter de toutes les compétences. Il y aura sans doute quelques déceptions, c’est normal.

En Suisse, BG est dominant et nous allons intégrer l’équipe de WSP, basée en Suisse alémanique, qui est très forte en technique du bâtiment. En France, nos deux entreprises ont une taille similaire, entre 200 et 300 employés chacune. Cela va faire une belle combinaison, avec peu de doublons et beaucoup de complémentarité. La beauté de ce projet c’est que 1 + 1 sera égal à 3 !

BG Pierre Epars 4

Crédit image: Alpiq

Fort d’une expérience des aménagements hydroélectriques qui remonte à sa création, BG a été un partenaire important lors de la construction récente de la centrale souterraine de pompage-turbinage de Nant de Drance (VS).

Entre un géant multinational coté en bourse et une entreprise suisse qui se développe en France, vous n’avez pas crainte de ne pas faire le poids, de ne pas être entendu ?

WSP et BG ont un positionnement commun, à savoir une différenciation marquée par l’excellence technique, mais également managériale et relationnelle. Nos actions sont déployées pour satisfaire nos clients, mais également pour assurer motivation et épanouissement à l’ensemble de nos collaboratrices et collaborateurs. Nous ne sommes pas dans un univers de businessmen. Je suis ingénieur, les autres dirigeants et cadres de WSP, mis à part la tête stratégique du groupe, sont ingénieurs. Nous parlons le même langage, partageons le même métier.

Quels sont les objectifs stratégiques à cinq ans ?

Aujourd’hui, à l’échelle mondiale, WSP est gigantesque avec plus de 65 000 collaborateurs. Mais en Europe continentale, que ce soit dans la région Suisse-France, les pays germaniques ou ceux du pourtour méditerranéen, le groupe n’est pas aussi bien implanté. Le but, c’est donc d’y poursuivre la croissance, surtout d’un point de vue qualitatif. Pour les clients de BG, nous sommes et serons toujours présents dans l’ingénierie, mais nous voulons développer toute la partie conseil stratégique.

Vous-même avez 60 ans et avez effectué presque toute votre carrière à BG. Ce n’est pas encore tout à fait l’heure du bilan, mais presque…

La vérité, c’est que je n’ai pas vu le temps passer. Je viens du monde des barrages, j’ai ensuite fait de la géotechnique des bâtiments, du tunnel. Et à 39 ans, je suis entré à la direction de BG.

L’entreprise a évolué, s’est diversifiée. Jusqu’au début des années 2000, notre croissance était régulière, mais modérée. Après, elle a été exponentielle. Il y a eu de plus en plus de travail et nos parts de marché ont aussi augmenté.

Aujourd’hui, alors que je m’apprête à terminer ma carrière, je ne peux m’empêcher de sourire. En effet, après mes études à l’EPFL, j’ai voulu travailler à l’international. J’ai été aux Etats-Unis à San Francisco au sein du leader mondial de l’engineering de l’époque : Woodward & Clyde Consultants. 35 ans plus tard… je me retrouve à nouveau à l’international et avec la référence actuelle de la profession. La boucle est bouclée!

WSP se présente

L’une des plus grandes firmes de services professionnels au monde, WSP a pour mission de préparer l’avenir de nos villes et de notre environnement. A cette fin, le groupe fournit des services de consultation stratégique, d’ingénierie et de conception dans les secteurs du transport, des infrastructures, de l’environnement, du bâtiment, de l’énergie, de l’eau, des mines et des ressources. Quelque 65 000 professionnels de par le monde partagent un objectif commun, soit d’avoir un impact positif et durable sur les collectivités grâce à une culture d’innovation, d’intégrité et d’inclusion. La durabilité et la science étant omniprésentes dans son travail, WSP a tiré environ la moitié de ses 7,1 milliards de francs de revenus en 2021 de sources propres. Les actions de la société sont cotées à la Bourse de Toronto.

BG : une histoire d’excellence

BG Ingénieurs Conseils est une société de conseil en ingénierie, fondée en 1954. Comptant plus de 700 employés basés dans des bureaux en Suisse, en France, au Portugal et en Italie, BG fournit des services de conseil stratégique, d’ingénierie et de conception dans les secteurs suivants : infrastructures de transport et mobilité, immobilier privé et bâtiments publics, eau et environnement, sans oublier l’énergie. Animés par l’esprit d’innovation et des normes de performance élevées, les professionnels de BG travaillent en partenariat avec leurs clients des secteurs public et privé pour anticiper leurs besoins et créer des solutions évoluées et réalisables tout au long du cycle de vie des projets. BG aborde de manière proactive les enjeux liés aux changements climatiques et à l’urbanisation.

Autres articles intéressants

Annonces

Profils d'entreprises

Doka Schweiz AG

Trouvez facilement et simplement des contacts avec des artisans et des fabricants grâce aux nouveaux profils d'entreprise.

Batimag Analyse

analyse

Nouvelle analyse trimestrielle du secteur suisse de la construction

Une synthèse visuelle et concise de l'activité de construction dans toute la Suisse. ​Découvrez l'évolution des demandes de permis de construire par région et par catégorie de bâtiment pour voir les domaines domaines qui devraient enregistrer une augmentation des commandes.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

newsico

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.