09:12 MONDE DE LA CONSTRUCTION

La sécurité sur les chantiers au temps du coronavirus

Écrit par: Jean-A Luque
Teaserbild-Quelle: Jean-A. Luque

Covid-19 oblige, on parle beaucoup de prescriptions sanitaires et de distanciation sur les chantiers. Mais, plus que jamais, il est important de ne pas oublier les mesures de sécurité élémentaires. Les grandes entreprises ont leur propre service chargé de les mettre en place et de les surveiller; les plus modestes peuvent faire appel à des sociétés extérieures. Tout est question de volonté.


Inspection de sécurité sur les chantiers au temps du Covid

Quelle: Jean-A. Luque

Check-list et contrôles réguliers contribuent à surveiller renforcer les mesures de sécurité sur les chantiers.

Sur les chantiers, tous les acteurs de la construction le vivent au quotidien. L’exigence est permanente, la pression constante. Il faut tenir les délais. Les ouvriers connaissent les consignes de sécurité: quand installer un garde-corps, à quelle hauteur, à quelle distance de la façade. Mais encore faut-il qu’ils les appliquent correctement. Ils sont conscients du problème, mais ont la tête dans le guidon, veulent aller au plus vite et, parfois, négligent un point de sécurité. Ils se disent, «le collègue va s’en charger» ou «on le fait plus tard». Plus tard, malheureusement c’est parfois trop tard.

Cette mauvaise expérience, la société Cuénod & Payot Chablais l’a vécue cet été. «Nous avons eu un souci sur un gros chantier de transformation, explique Christophe Léger, son directeur. Il y avait beaucoup de corps de métier présents simultanément, 80 ouvriers, et un de nos collaborateurs est passé à travers une toiture qui n'avait pas été sécurisée à l'intérieur. Il a fait une chute de 4 m. Il s'est fait très mal au talon, mais ça aurait pu être beaucoup plus dramatique. En fait, la sécurité est l’affaire de tous les intervenants sur un chantier avec une application rigoureuse et méthodique des règles vitales de celles-ci. Si on ne le détermine pas, parfois personne ne s'en charge ou alors parfois tout le monde est censé s'en occuper, autant dire que jamais personne ne s'en soucie. Dans le cas présent, la Direction des Travaux a arrêté le chantier. On a corrigé le tir et tous les matins la DT contrôlait avec notre contremaître que les mesures de sécurité étaient en place. Il n'y a plus eu le moindre problème.»

Préoccupation permanente
La sécurité est une préoccupation permanente de Christophe Léger. Tous les jeudis, une séance participative est organisée pour améliorer la protection de ses ouvriers. «On présente les cas qui se sont posés sur tel ou tel chantier, précise le directeur. On en discute, on tire des leçons pour les autres chantiers. On teste aussi régulièrement de nouveaux équipements de protection individuelle (EPI).Actuellement, par exemple, on a de nouveaux casques. Il y en a un très bien avec visière intégrée rabattable, mais on ne va pas le retenir parce que la visière se raye trop vite. On communique beaucoup, on échange. Après… il faut appliquer.»


Cet article n'est disponible en intégralité que pour les abonnés.

Connectez-vous maintenant!

Vous n'êtes pas encore abonné? Aperçu des abonnements.

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.