Les échafaudages et les travaux routiers encore à l’origine de trop d’accidents

Teaserbild-Quelle: Suva

Les accidents sur les chantiers se font de moins en moins nombreux, mais certains secteurs de la construction restent très exposés. La Société suisse des entrepreneurs appelle ainsi à renforcer la sécurité, notamment dans la construction d’échafaudages et les travaux routiers.

Suva accidents prévention

Crédit image: Suva

Le nombre d’accidents constatés sur les chantiers ces dix dernières années révèle que les différents secteurs de la construction ne sont pas tous logés à la même enseigne.

La pandémie a fait diminuer le nombre d’accidents sur les chantiers, mais cette baisse n’est pas uniforme. Les différents secteurs de la construction ne sont pas logés à la même enseigne, rappelle la Société suisse des entrepreneurs (SSE) dans un communiqué. Les chiffres fournis par la Suva, montrent que la sécurité au travail est soumise à une multitude de critères, touchant à la fois l’évolution économique du secteur, le confort des ouvriers, la formation et la prévention.

La canicule a aussi attiré l’attention de tous sur les conditions de travail. L’Union syndicale suisse veut que le Parlement renforce son dispositif législatif, et la SSE poursuit ses efforts de prévention en parallèle. Ce qui l’invite à publier une étude qui compare le nombre d’accidents constatés en 2012, 2017 et 2021 par secteur de la construction.

Risques encore élevés en hauteur
Les résultats de cette enquête ont parfois surpris la SSE. Celle-ci constate bien évidemment que le nombre d’accidents diminue régulièrement. Par contre, les risques encourus par les différents secteurs de la construction ne sont pas comparables. En particulier, la construction d’échafaudages génère tout autant de dangers qu’il y a dix ans. Il en va de même des travaux d’entretien routiers.

La construction en bois et les travaux en tous genres du secteur de la construction, notoirement très exposés, ont vu leur nombre d’accidents diminuer fortement en dix ans. La Suva relève aussi que les primes d’assurances ne baissent pas forcément sous l’effet de l’amélioration globale de la sécurité sur les chantiers.

Les jeunes vivent plus dangereusement
La SSE s’est aussi intéressée aux classes d’âge. Elle a constaté que les jeunes vivent plus dangereusement que les travailleurs plus âgés. Ce qui lui fait craindre que la fréquence des accidents augmente au fur et à  mesure de la mise à la retraite de la génération des baby-boomers.

Les principales causes d’accidents professionnels touchent le travail avec des machines ou des installations de chantier et leur manipulation, ainsi que les chutes ou autres glissades. La SSE demande à ses membres de renforcer les mesures de sécurité et la formation continue. La construction a connu 27'000 accidents professionnels en 2021.

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.