09:20 OPINIONS

La Haute Ecole spécialisée bernoise peu convaincue par le solaire alpin

Teaserbild-Quelle: Gondosolar

Les projets de centrales solaires alpines ne font pas l’unanimité, même  chez les experts. La Haute Ecole spécialisée bernoise (BFH) renvoie partisans et opposants dos à dos, en analysant notamment l’emprise au sol de ces installations. Finalement, le jeu n’en vaut pas la chandelle, souligne-t-elle.

Gondosolar bifacial

Crédit image: Gondosolar

Le projet de Gondo (VS) réduit l’emprise au sol de ses futures installations solaires en lançant l'idée de panneaux multifaciaux.

Trois pour, quatre contre. L’installation de centrales solaires dans les Alpes divisent les experts. La Haute Ecole spécialisée bernoise (BFH) a voulu analyser les avantages et les inconvénients de ce genre de projets controversés de manière factuelle, en sortant autant que possible d’un débat trop émotionnel ou de la bataille entre promoteurs du photovoltaïque en altitude et défenseurs d’un environnement préservé.

Rentabilité mise en cause
La votation du 9 juin prochain entend orienter l’approvisionnement en électricité de la Suisse vers davantage de renouvelable. Mais le développement des nouvelles énergies transforme l’arc alpin en ambiance de ruée vers l’or, estime les experts solaires de la BFH. Le débat s’enflamme, tout comme en Valais actuellement, où la rentabilité de ce genre de centrales photovoltaïques haut perchées est mise en question, selon Le Nouvelliste.

Un développement limité dans l’espace
La BFH tente de canaliser les passions par une revue des avantages et des inconvénients de ce genre d’installations actuellement opérationnelles en Suisse romande au lac des Toules (VS) et à Mont-Soleil, dans le Jura bernois. Ses experts constatent que le développement des ressources en électricité en Suisse souffre de beaucoup de contraintes, comme le manque de place ou l’opposition de la population. Le solaire dans les Alpes représente selon eux la meilleure option. Surtout que les centrales solaires peuvent pallier les risques de pénurie hivernale et fournir davantage de courant dans des délais très brefs.

Trop vaste, pas assez rentable
Toutefois, la BFH souligne que construire et exploiter de telles installation en altitude va coûter très cher. De même, la nouvelle loi mise en votation le 9 juin indique que ce genre de centrale devrait produire annuellement au moins 10 GWh d’électricité, et a besoin pour cela d’une surface équivalente à celle de 12 terrains de football. Les défenseurs de l’environnement n’apprécient que modérément le fait de devoir aménager des fondations pour supporter les panneaux dans un cadre préservé. De plus, le solaire sur les bâtiments bénéficie d’une meilleure cote de popularité.

La BFH préconise donc de recourir davantage au solaire sur des terrains agricoles, comme elle l’a lancé récemment. Les installations dans les Alpes risquent en effet selon elle de présenter une facture trop salée. Cela malgré leurs atouts techniques indéniables.

 

Autres articles intéressants

Annonces

Profils d'entreprises

Jaquet SA

Trouvez facilement et simplement des contacts avec des artisans et des fabricants grâce aux nouveaux profils d'entreprise.

Batimag Analyse

analyse

Nouvelle analyse trimestrielle du secteur suisse de la construction

Une synthèse visuelle et concise de l'activité de construction dans toute la Suisse. ​Découvrez l'évolution des demandes de permis de construire par région et par catégorie de bâtiment pour voir les domaines domaines qui devraient enregistrer une augmentation des commandes.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

newsico

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.