16:01 PROJETS

La fronde contre la future passerelle du Mont-Blanc oblige l'architecte à revoir sa copie

Teaserbild-Quelle: Image Pierre-Alain Dupraz

Dix ans après avoir été esquissé, le projet de passerelle piétonnière et cyclable à côté du pont du Mont-Blanc à Genève fait toujours débat. L’opposition au béton vient s’inviter dans la contestation de la voiture sur cet axe routier de circulation essentiel au centre-ville. Et l'architecte a été contraint de modifier son projet initial.

Passerelle Mont-Blanc

Crédit image: Image Pierre-Alain Dupraz

La future passerelle désengorgerait le pont du Mont-Blanc situe à quelques mètres en aval.

Il ne fait toujours pas bon parler de liaison piétonnière et cyclable de part et d’autre de la rade de Genève, à la hauteur du pont du Mont-Blanc. Selon La Tribune de Genève, le projet de passerelle englué dans les débats politiques depuis dix ans ne séduit plus tellement les Verts genevois. De plus en plus de voix s’élèvent contre le béton envisagé pour cet ouvrage, qui serait construit en parallèle du pont routier, axe essentiel de circulation au centre-ville.

Et cela fait mouche. L'architecte a donc revu sa copie pour proposer finalement une passerelle piétonne et une mise partielle en piste cyclable du pont du Mont-Blanc. Cela répond à une motion déposée au Grand Conseil en novembre dernier, et qui milite plutôt pour une suppression d’une des cinq voies de circulation du pont du Mont-Blanc. La verte Marjorie de Chastonay plaide pour la suppression de l’espace destiné aux voitures. Certes, la bande cyclable du pont a été réaménagée l’an dernier, mais de manière totalement insuffisante aux yeux des motionnaires. Elle est en effet trop étroite.

Un pont routier encombré
Le fait est avéré. Le pont du Mont-Blanc est encombré. C’est pour cette raison que la Ville de Genève envisage de construire, à 10 m en amont, une nouvelle passerelle dévolue aux piétons et aux cyclistes. Le futur ouvrage a dû faire face à plusieurs contraintes. Il doit pouvoir supporter la charge de plusieurs milliers de personnes lors d’évènements festifs sur la rade. Il doit aussi permettre le passage des bateaux. Du reste, la Compagnie genevoise de navigation s’est livrée récemment encore à quelques simulations, par rapport au projet présenté. Avec des résultats concluants.  Il est en en effet nécessaire de procéder au déplacement de deux débarcadères existants. Enfin le caractère architectural du pont du Mont-Blanc doit être préservé.

Le futur ouvrage, œuvre du bureau d’architectes Pierre-Alain Dupraz et des ingénieurs d’Ingéni, comportera une pile sur 276 m de longueur et 6 m de largeur utile. Une bordure protégera les piétons du vent et du bruit du trafic routier voisin. Son coût total est estimé à 40 millions de francs, dont 33 à la charge de la Ville. Celle-ci se prononcera prochainement.

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.