16:11 PROJETS

La nature se marie à la densité urbaine pour la qualité de vie à Thônex

Teaserbild-Quelle: Comptoir immobilier, Luca Fascini

Le nouvel écoquartier de Belle-Terre, à Thônex (GE), se définit comme une ville à la campagne. La moitié de sa surface est en effet dévolue aux espaces verts. Ses premiers immeubles, construits en un peu plus de trois ans de travaux, offrent ainsi un surplus de nature dans un environnement plus densément urbanisé que son voisinage. Les 670 premiers logements prévus pour 1500 habitants seront livrés au printemps prochain.

Belle-Terre Thônex 3

Crédit image: Philippe Chopard

Véritable colonne vertébrale de ce nouvel écoquartier, une allée de près d’un kilomètre a été aménagée pour les transports publics et la mobilité douce.

Une longue gestation ! Plus de douze ans de discussions et de mises au point des projets ont précédé les quelque trois ans qui ont suffi aux développeurs Batima et C2l à construire les 670 premiers logements du quartier de Belle-Terre, à Thônex (GE). Un vaste ensemble immobilier encore appelé à se développer pendant ces prochaines années, pour devenir l’une des dix plus grosses réalisations du canton de Genève en matière d’habitat.

Ce nouveau quartier est parti d’un espace vierge de toute construction, dans une de faible densité. Plus exactement, d’un terrain de 380 000 m2 mis à la disposition  de l’agriculture à deux pas de la frontière française. Avec pour résultat de s’affirmer comme « une ville à la campagne ».

Avec Belle-Terre, la Ville de Thônex repense  profondément son développement urbanistique. Tout en osant relever le défi de faire construire et intégrer 14 grands immeubles dans un voisinage peu densément bâti. Pour cela, la conservation, voire la  valorisation, des milieux naturels sont érigées en vertus cardinales.

Un jeu de Tetris géant
Densifier un terrain jusqu’ici préservé de toute construction ne va pas de soi dans un canton de Genève déjà très fortement urbanisé. Toutefois, le retour à un territoire vert autorise toutes les réflexions architecturales en matière d’écologie. Et les quatre bureaux d’architectes engagés dans ce quartier des Communaux d’Ambilly, ainsi que Belle-Terre se nommait, ne s’en sont pas privés. Ils ont ainsi conçu un réseau de pièces urbaines disposées dans le terrain comme un jeu de Tetris . Chacune de ces entités est délimitée par un muret de béton.

Belle-Terre Thônex 1

Crédit image: Comptoir immobilier, Luca Fascini

Les immeubles résidentiels sont disposés à l’intérieur de pièces urbaines de façon à s’ouvrir à la fois sur l’intérieur et l’extérieur de l’écoquartier.

Cet article n'est disponible en intégralité que pour les abonnés.

Connectez-vous maintenant!

Vous n'êtes pas encore abonné? Aperçu des abonnements.

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.