09:09 PROJETS

Le Dixence Resort, un havre de bien-être bâti en altitude

Teaserbild-Quelle: Philippe Chopard

Un centre thermal alimenté par le pompage et le turbinage des sources chaudes depuis le fond du Val-d'Hérens (VS), huit immeubles d’habitation, cinq chalets et un hôtel vont considérablement étoffer le développement touristique de la commune d’Hérémence. Juste sous le centre de la station des Collons, le Dixence Resort voit pousser les bâtiments comme des champignons à près de 1800 m d’altitude. Le complexe a ouvert ses portes dans un cadre grandiose.

Dixence Resort 3

Crédit image: Philippe Chopard

Le complexe propose déjà deux immeubles en PPE, mis à l’enquête avant l’introduction de la Loi Weber sur les résidences secondaires.

Un travail de fourmi, et de nombreux partenaires. Et pourtant, un projet qui n’a que peu évolué entre sa conception et son premier coup de pioche à fin 2016. Le Dixence Resort, situé sous la station de Thyon-Les Collons, dans le Val d’Hérens, sort gentiment de terre sur un terrain de plus de 25 000 m².

Le chantier bat encore son plein, mais certains des occupants ont déjà pris possession de leur logement et l’hôtel est ouvert depuis début décembre, après avoir connu une première saison hivernale d’essai en 2021.

Il faut en fait remonter à 2013 pour découvrir les premiers contours de ce projet résidentiel, hôtelier et de bien-être. L’idée était de construire, sur ce qui n’était alors qu’une prairie traversée par un petit torrent, des appartements en PPE, des chalets, un hôtel et un centre thermal.

Les idées initiales ont pu être maintenues, certes un brin rectifiées au cours des années qui ont suivi. Elles ont été au centre d’investigations techniques, géologiques et environnementales très poussées.

En 2016, le bureau mjd architectes SA, de Nendaz, reprenait le flambeau de la direction des travaux. Avec une première mise à l’enquête complémentaire concernant l’hôtel. L’orientation du bâtiment a été modifiée pour procurer davantage d’ensoleillement aux chambres et au bassin extérieur du futur centre thermal. Toutes les ouvertures des bâtiments actuellement en voie de finition ou de construction regardent désormais vers la vallée et les montagnes environnantes. Au loin trônent la Dent-Blanche et le Cervin. La piste de ski des Masses passe tout près, ce qui inscrira le complexe dans l’éventail des activités touristiques de la station. Juste au-dessus, le centre des Collons est la porte ouverte au domaine skiable des 4 Vallées, qui s’étend jusqu’à Verbier.

Dixence Resort 2

Crédit image: Marthe Pignat, mjd architectes

Les installations indoor proposent de nombreux lieux de relaxation et de bien-être, sur plusieurs niveaux.

La construction d’un tel complexe est celle de tous les défis. Surtout pour bâtir un centre thermal à un endroit a priori peu adéquat. Il fallait donc amener de l’eau, si possible chaude. 800 m plus bas dans la vallée, les 81 sources de La Combioulaz sont alimentées par un aquifère dont l’eau affiche une température de quelque 30 degrés à sa sortie de terre. L’utilisation de ces ressources sulfureuses était restée en suspens depuis les années 1980, date à laquelle de premiers forages exploratoires avaient été tentés. En 2016, le maître d’ouvrage et le canton du Valais s’y sont attelés à leur tour. Avec l’aménagement d’un captage allant jusqu’à 1200 m de profondeur, depuis le fond de la vallée. Soit éloigné de près de deux kilomètres du centre thermal.

Un débit de 900 litres par minute
Les études et leur suivi hydrogéologique ont permis de garantir que les installations de prélèvement d’eau n’allaient pas porter atteinte à leur environnement. Les géologues ont estimé en effet que l’aquifère sulfureux de La Combioulaz n’avait rien à craindre de son exploitation, une fois les obstacles techniques surmontés. Un premier test exploratoire de pompage fait en 2018 a révélé un débit d’environ 900 litres à la minute. Cela sans influence sur la qualité des sources environnantes. Comme l’eau sulfureuse corrode l’acier, il faut la faire passer par des échangeurs avant de l’utiliser dans les pompes à chaleur eau-eau des installations du complexe. Les ressources pompées de la vallée servent à alimenter les bains thermaux, les installations de soins et un chauffage à distance. Leur turbinage, cinq fois plus important que le pompage, permet aussi la production d’électricité et de chaleur, principalement pour l’hôtel et les immeubles résidentiels. Ce projet d’exploitation d’eau thermale et de pompage-turbinage, lauréat du prix Alpiq 2019, a été mené de concert avec les communes d’Hérémence et de Saint-Martin, soucieuses de revaloriser le site de La Combioulaz. Il a été au centre de diverses conventions signées avec le maître d’ouvrage pour une durée de 80 ans.

Or bleu convoité
Parallèlement, l’ensemble du terrain sur lequel se construit le complexe du Dixence Resort a été drainé et l’eau récupérée constitue un apport au turbinage. Le maître d’ouvrage est également en contact avec la commune voisine de Vex pour exploiter une partie de ses eaux excédentaires.

Le forage et le pompage-turbinage n’ont fait l’objet que d’une seule opposition, manifestée alors que le permis de construire du complexe était déjà délivré. Les défenseurs de l’environnement à l’origine de cette mini-contestation ont argumenté sur le concept énergétique mis en place pour les bains thermaux et les bâtiments résidentiels, ainsi que sur la conservation des sources chaudes. Les discussions menées par Dixence Resort et le canton ont permis de les rassurer. Moyennant l’installation d’une chaudière à pellets et diverses mesures de compensation écologique, comme la préservation d’une espèce rare de chauve-souris sur le site de La Combioulaz, l’opposition a finalement été retirée.

Le futur centre thermal prend forme. Les premiers tests de mise en eau des bassins intérieurs et extérieurs ont pu avoir lieu en novembre dernier. Les deux bassins sont remplis depuis mi-décembre 2022. L’ensemble comporte trois niveaux construits sur autant d’étages de parking en souterrain. Le spa communique avec les autres parties du complexe résidentiel. Après un vaste hall d’entrée, les baigneurs peuvent gagner les piscines intérieures et extérieures, se relaxer dans trois jacuzzis et dans un espace de détente ou profiter des nombreuses attractions de bien-être, sauna et hammam, construites dans un cadre chaleureux en bois. Un puits de lumière éclaire naturellement les espaces de relaxation situés sur le premier niveau. Les enfants auront également leur propre espace, au même niveau que le bassin intérieur.

Les installations techniques, dont l’étude complète a été réalisée  en collaboration avec mjd architectes SA, Betica SA et par l’entreprise Nicollier SA, de Fully (VS), occupent un étage entier. Elles sont notamment équipées de deux gigantesques monoblocs de ventilation.

Le béton des murs du centre thermal est parfois habillé de pierres de taille pour donner un aspect plus montagnard à l’ensemble. Les passages entre les locaux de bien-être seront en grande partie vitrés. Le niveau inférieur comprend également des locaux pour le personnel des bains.

Innovation récompensée
La construction de l’hôtel attenant au centre de bien-être a aussi donné l’occasion à l’entreprise valaisanne Modubois de développer un nouveau concept. Il y a deux ans, celle-ci a imaginé de préfabriquer en plaine 42 modules de chambres en bois. Ceux-ci ont été stockés à Monthey dans l’ancienne halle industrielle Giovanola, avant d’être transportés sur site par camion en mars 2020. Alors a pu débuter l’assemblage des futures chambres, sur un soubassement de béton composé de deux niveaux, l’un réservé à un restaurant et son incontournable carnotzet, et l’autre à la réception et au lobby. Ce concept de construction a ensuite pu s’appliquer à d’autres projets similaires, avec toujours le bois comme matériau principal. Il a aussi été récompensé du Prix des créateurs de la Banque cantonale du Valais en 2019. L’entreprise a ensuite récidivé à Nendaz, en mettant en avant sa rapidité entre la conclusion de la commande, la préfabrication et la livraison des modules. Une économie de coût aussi, tant il est vrai que construire en montagne majore les prix.

Dixence resort 4

Crédit image: Marthe Pignat, mjd architectes

L’assemblage des chambres préfabriquées s’est déroulé tel un jeu de construction. Une fois déposées sur la structure, celles-ci ont été raccordées aux différents réseaux de l’hôtel.

Une vaste terrasse sépare désormais l’hôtel du futur centre thermal. Le bâtiment hôtelier est composé d’une ossature de béton à l’avant de laquelle prennent place les modules des chambres. Une fois assemblés, ces derniers ont été reliés aux équipements techniques. Les deux derniers niveaux de l’hôtel sont également en bois, pour offrir des chambres à l’architecture plus conventionnelle. La toiture est recouverte de panneaux photovoltaïques. L’hôtel Eringer, de l’appellation allemande du Val d’Hérens, a ainsi pu faire une préouverture en décembre 2021. Il a été ensuite lancé une année plus tard, avec l’espoir de se développer lors de sa deuxième saison hivernale complète.

Tout près des espaces de bien-être sont également construits cinq chalets en ossature bois sur un socle de béton. Quatre d’entre eux sont déjà vendus. A noter que le chantier n’a pas réutilisé des matériaux provenant d’anciennes granges, comme cela se pratique un peu plus haut dans la vallée, au-dessus d’Evolène notamment.

Résidences secondaires valaisannes
Le Dixence Resort renforce également sa forte affectation résidentielle par la construction de cinq immeubles en PPE. Deux sont terminés, deux autres sont prévus en amont du site et le dernier sera construit en amont du réservoir de pompage-turbinage de l’eau de La Combioulaz. A noter que la nouvelle Loi Weber est entrée en vigueur après l’octroi du permis de construire ; ces logements sont donc disponibles en qualité de résidences secondaires. Les appartements offrent tous un dégagement grandiose, sur la vallée et ses montagnes. Leur agencement combine la chaleur du bois traditionnel avec le plus grand confort. Les résidences reposent aussi sur un socle de béton, parfois habillé de pierre naturelle. Elles sont aussi dotées d’un vaste parking en souterrain qui communique par un cheminement piétonnier avec le centre thermal et les soubassements de l’hôtel. Parallèlement, la société Swisspeak Resorts construit trois autres immeubles résidentiels sur place pour compléter son offre, déjà présente en Valais, dans les Grisons et l’Oberland bernois.

Dixence Resort 1

Crédit image: Marthe Pignat, mjd architectes

Le bassin extérieur du centre thermal a été mis en eau au début de cette année. Il offre une vue exceptionnelle sur les montagnes environnantes.

Le Dixence Resort entend donc dynamiser sa région. Pour la commune d’Hérémence, traditionnellement habituée à promouvoir la beauté architecturale de son église Saint-Nicolas – construite en béton dans les années 1970, c’est à la fois un choc et une promesse de développement économique et touristique. Sa capacité d’hébergement s’en trouvera doublée. Les bains ont ouvert cet hiver pour être pleinement accessibles dès l’été prochain. Ils parachèveront des années de travaux. Chaque entité (hôtel, thermes, appartements, Swisspeak Resorts) sera gérée séparément.  Une formule de gestion que n’avait malheureusement pas appliquée le complexe de Val-d’Illiez aujourd’hui défunt. Quoi qu’il en soit, le séjour à la montagne doit pouvoir s’appuyer sur une offre d’activités diversifiée. Le Dixence Resort s’est engagé dans cette voie tout en confiant de surcroît l’hôtel et le centre thermal à deux exploitants différents.

Autres articles intéressants

Annonces

Profils d'entreprises

CFR Commerce de fer SA

Trouvez facilement et simplement des contacts avec des artisans et des fabricants grâce aux nouveaux profils d'entreprise.

Batimag Analyse

analyse

Nouvelle analyse trimestrielle du secteur suisse de la construction

Une synthèse visuelle et concise de l'activité de construction dans toute la Suisse. ​Découvrez l'évolution des demandes de permis de construire par région et par catégorie de bâtiment pour voir les domaines domaines qui devraient enregistrer une augmentation des commandes.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

newsico

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.