14:11 PROJETS

Les quinze éoliennes du Chasseron vaudois à l’enquête publique

Teaserbild-Quelle: Photomontage Parc éolien de la Grandsonnaz

Le plan d'affectation du projet de parc éolien de la Grandsonnaz, à proximité du Chasseron, dans le Jura vaudois a été  finalement mis à l'enquête après plus de 10 ans d'analyses et de mises à jour. Le combat des opposants se poursuit.


Grandsonnaz 2

Crédit image: Photomontage Parc éolien de la Grandsonnaz

Les éoliennes seront implantées à l'ombre du sommet du Chasseron, sur la ligne de crête entre le lac de Neuchâtel et le Val-de-Travers.

24'000 foyers du  Nord vaudois seront bientôt approvisionnés par de l'électricité régionale grâce à la construction d'un immense parc situé sur le territoire de quatre communes du Nord vaudois. Grâce à son accessibilité, sa très faible densité d’habitations et autres, le site du parc éolien de la Grandsonnaz a été intégré au plan directeur cantonal vaudois. Il est désormais à l’enquête publique, dans un contexte fortement émotionnel. Le périmètre du projet est situé entre 1'300 et 1'500 m. et il regroupe quatre communes: Bullet, Fiez, Fontaines-sur-Grandson et Mauborget.

Selon ses promoteurs, le parc éolien a été développé de manière à limiter son impact paysager. Les 15 éoliennes mesureront 150 m de hauteur. Deux éoliennes ont été supprimées afin de préserver le champ de vision depuis le sommet du Chasseron. La plus proche se situe ainsi à 1.5 km au nord-est du sommet.
Le projet a été amélioré de manière à ne devoir couper que le minimum d’arbres. Le volume des arbres abattus correspond à seulement 1.5 mois d’exploitation forestière totale (chauffage, construction, etc.) habituelle des communes partenaires.

Grandsonnaz 1

Crédit image: Photomontage Parc éolien de la Grandsonnaz

La future station de transformation de Fiez, relais entre le réseau et les futures éoliennes planifiées à proximité du Creux-du-Van.

Le parc éolien a été développé de manière à utiliser principalement les routes et chemins existants. Ceux-ci seront adaptés, durant la phase chantier, pour acheminer les éoliennes sur place. Une fois la construction terminée, les accès retrouveront leur largeur originelle et seront réensemencés, de sorte à ne maintenir que deux bandes roulantes.

Toutes les surfaces temporaires (aires de grutage, aires de chantier, surlargeur des accès etc.) seront démantelées et reverdies. Les chemins d’accès créés spécialement pour le chantier sont ramenés à une largeur maximale de 3.2 m.

Exploitation locale
Environ 115 millions de francs suisses dont 7 millions  sont prévus pour le développement du projet. A l’exception des éoliennes, tous les autres investissements seront réalisés en Suisse. La maintenance sera locale, permettant aux entreprises de la région de participer.

En moins d’une année un parc éolien produit l’énergie nécessaire pour l’ensemble de son cycle de vie. Il permet la  complémentarité avec les énergies photovoltaïque et hydraulique grâce à sa production maximale en hiver, période durant laquelle la Suisse importe de l’électricité

L'obtention des autorisations de construire et de la  construction du parc sera en vigueur durant la période 2023-2026. Si tout se déroule dans le sens voulu par les promoteurs. Toutefois, la contestation reste très vive, surtout dans le canton de Neuchâtel immédiatement voisin et où quatre projets similaires sont actuellement pendants.  

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.