18:11 PROJETS

« Après le froid de l’hiver, le chantier va pouvoir démarrer»

Auteurs: Jean-A Luque
Teaserbild-Quelle: Jean-A. Luque

La saga immobilière du Clos de Chillon est à bout touchant. Dix ans après avoir acheté la parcelle constructible, les pieds dans l’eau, à Veytaux (VD), le promoteur valaisan Christian Constantin a obtenu son sésame. Permis de construire accordé le 31 août 2020. Enfin presque… Pour une question formelle, ce dernier vient d'être annulé.

BA_2010_Chillon1

Quelle: Christian Constantin SA

Quelque 300 m2 de surface habitable, une vue unique sur le Château de Chillon et les Alpes, piscine et ascenseur privatif… Ne manque plus que le prix pour se porter acquéreur d’une des trois maisons de maître qui vont être construites.

La parcelle en pente douce est magnifique: plus de 4100 m2 de terrain constructible, entouré de vignes et de jardins, baigné par le lac Léman. Quand Christian Constantin acquiert ce lopin de terre exclusif il y a une dizaine d’années, il visualise sans peine les chambres avec vue sur le Château de Chillon et les Dents du Midi. L’homme d’affaires n’imagine pourtant pas à quel point son projet immobilier va se transformer en saga interminable.

Trou béant et remise à l'ordre
Sous le propriétaire précédent, deux projets au Clos de Chillon s’étaient déjà fracassés sous les oppositions. Mais Christian Constantin est sûr de son affaire. Il commence les travaux en 2012 pour bâtir trois maisons de maître. Tout à son enthousiasme, le promoteur creuse des fondations… pour le moins excessives. Le terrassement dépasse les normes autorisées par le permis de construire, ne respecte ni le Plan partiel d’affectation ni la loi sur l’aménagement. Le chantier est arrêté.

Le Valaisan dépose une nouvelle mouture de son projet, prévoyant notamment d’enterrer le parking. Opposition d’une voisine proche. Recours au Tribunal cantonal. Après moult péripéties, dans une ambiance houleuse, le permis de construire est retiré fin 2016. Christian Constantin est sommé par la Municipalité de Veytaux de «remettre les parcelles dans l’état dans lequel elles se trouvaient avant les importants travaux d’excavation que vous avez entrepris sans droit.» Il doit également procéder d’urgence à des travaux pour consolider un mur de soutènement dont l’effondrement menace les voies CFF.

Montant annoncé de la construction: 6,76 millions
Quatre ans plus tard, le climat s’est apaisé. Le trou et les fondations n’ont pas été rebouchés. Mais les principaux acteurs de cette saga immobilière en ont marre de ce chantier inachevé qui enlaidit ce coin de paradis. La Municipalité vient donc d’accorder le 31 août dernier un nouveau permis de construire. Trois résidences familiales de 4 pièces chacune d’une surface habitable globale de 895 m2, avec toit plat végétalisé, y sont décrites. Sans oublier les toits plats végétalisés. Montant annoncé de la construction : 6,76 millions de francs.

Par la voix de son avocat Me Nicolas Mattenberger, la principale opposante au projet concède avoir négocié avec le promoteur: «Nous avons trouvé un terrain d’entente avec M. Constantin. Nos demandes concernaient l’esthétique de la construction, la séparation avec la propriété de ma mandante, la sécurisation du quai et l’usage du port privé.»


Cet article n'est disponible en intégralité que pour les abonnés.

Connectez-vous maintenant!

Vous n'êtes pas encore abonné? Aperçu des abonnements.

Annonces

Dossiers

Coronavirus

Coronavirus

Entreprises et chantiers s’accrochent aux mesures sanitaires

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.