14:10 PROJETS

Une suite d'hôtel bateau inspirée par James Bond

Une suite flottante pour éco-touristes: telle est la vision qui se cache derrière l'Anthénea Pod. Cette bulle autosuffisante aux allures d'OVNI a été inventée par un architecte naval français qui s'est inspiré de «L'Espion qui m'aimait».

Du rêve à la réalité. Depuis qu'il a vu sur grand écran une étrange capsule surgir des flots, Jean-Michel Ducancelle, un architecte naval français, est obsédé par cette séquence de James Bond, L'Espion qui m'aimait (1977). Quelques décennies plus tard, la vision s'est transformée en réalité: l'Anthénea Pod qui permet de vivre comme dans un appartement, mais sur l’eau, existe bel et bien et il s'attaque au marché hôtelier de luxe: Maldives, Seychelles, Caraïbes... Les premiers exemplaires de ce Pod made in France doivent être livrés fin 2020.

Après les déserts et les montagnes... l'océan
La capsule flottante, blanche, tout en rondeurs, est destinée à être un lieu de retraite pour écotouristes fortunés. Cette forme de Pod a déjà connu bien des déclinaisons hôtelières que ce soit notamment dans les Alpes, été comme hiver, ou à Wadi Rum sous le soleil jordanien. La version marine fonctionne de manière autonome, autosuffisante et respectueuse de l'environnement. Pour cela, la suite est équipée de moteurs électriques qui sont alimentés par cinq panneaux solaires montés sur le toit. La forme sphérique incurvée de la coque est basée sur le principe naturel de la "tension superficielle". Comme l'écrit le fabricant sur son site web, cela donne à la construction une forme optimale pour résister aux conditions extrêmes sur l'eau et confère au Pod une stabilité supplémentaire.

L’un des enjeux majeurs d’Anthénea est de se montrer autosuffisant et écoresponsable. La suite flottante utilise exclusivement l'énergie solaire. Les besoins en électricité et en eau chaude sont assurés par un dôme de capteurs d'énergie. Ainsi l’habitacle est équipé d’un système Electro Scan, qui traite et purifie les eaux usées. Le mobilier intérieur, conçu spécifiquement, est fabriqué à partir de matériaux recyclés Cet appartement où tout respire le calme, le luxe et la volupté est également équipée d'un système d'ancrage à vis à sable, qui permet d'éviter les dommages causés à l'écosystème sous-marin et à l'environnement. De plus, l'Anthénea Pod est recyclable à 100 %.

Un demi-million de francs l'unité
Le pod offre trois espaces de vie sur 50 m2. L’espace salon avec canapé, mobilier en courbe habillé de béton ciré, vue panoramique à 360°, observatoire sous-marin et coin-cuisine; l’espace de nuit composé d’une chambre avec lit rond XL, baignoire ronde à eau de mer ou à eau douce salle de jour; l’espace solarium, en belvédère sur la mer, situé à l’étage et qui peut accueillir jusqu’à 12 personnes.
Le prix d'un Anthénea Pod non nomade, entièrement meublé, démarre à 462'000 fr. Pour le modèle motorisé, donc navigable, il faut débourser quelque 528'000 fr. A ce prix-là, il est quand même recommandé de privilégier les criques abritées et d'éviter la houle et les vents de force 2 ou plus. Pour affronter le fracas des éléments, il vaut mieux laisser 007 s'en occuper tout seul.

Annonces

Dossiers

Coronavirus
© Suva

Coronavirus

Entreprises et chantiers s’accrochent aux mesures sanitaires

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.