16:01 TECHNIQUE

L’avenir du béton se teste en grandeur réelle sur un toit

Auteurs: Jean-A Luque
Teaserbild-Quelle: Block Research Group, ETH Zurich | Photos Juney Lee

Le futur de la construction prend forme au Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche (Empa). Et quand il s’agit de passer de la théorie à la pratique, de l’imagination au bâti, les nouvelles technologies sont appliquées sur le site du NEST, le bâtiment modulaire de recherche et d’innovation fruit de la collaboration entre l’Empa et l’Institut fédéral suisse des sciences et technologies aquatiques (Eawag). Dernière innovation à y être née, fin octobre : le toit HiLo.

Toit Hilo 2

Quelle: Block Research Group, ETH Zurich | Photos Juney Lee

Elégant et élancé, ce toit en béton-sandwich à double courbure est surtout le résultat d’une fantastique prouesse technique : il n’a nécessité aucun coffrage conventionnel.

Tout à la fois curiosité, objet architectural et prouesse technique, la toiture HiLo est installée depuis quelques semaines au sommet du NEST. C’est dans cet édifice expérimental à Dübendorf (ZH) que les nouveaux matériaux et systèmes sont fabriqués, testés et validés dans des conditions réelles. C’est là que ce toit expérimental a été développé par des chercheurs de l’EPF Zurich. Il combine les particularités d’être léger et solide, fin et incurvé, tout en étant fait de béton.

Il a fallu plus de quatre ans aux scientifiques pour concevoir cette toiture hors norme, notamment parce qu’ils souhaitaient intégrer plusieurs partenaires du secteur de la construction à leur projet. Le mode de fabrication de cette toiture en béton à double courbure suscite le plus grand intérêt. En effet, cette construction en béton-sandwich à double courbure n’a eu recours à aucun coffrage conventionnel.

Elle s’est en fait appuyée sur un textile reposant lui-même sur un réseau de câbles réutilisables. Le poids du béton humide a déplacé le filet dans une position prédéfinie et donné ainsi sa forme au toit.

Polymères et algorithmes

Si sur le site du NEST, la construction du toit a duré moins de deux mois, la construction préalable d’un prototype à l’échelle a, quant à elle, mobilisé les équipes durant un semestre. L’ouvrage, démonté depuis lors pour laisser place à d’autres expériences, avait une hauteur de 7,5 m, une superficie de 160 m2 et une épaisseur moyenne de 5 cm.


Cet article n'est disponible en intégralité que pour les abonnés.

Connectez-vous maintenant!

Vous n'êtes pas encore abonné? Aperçu des abonnements.

Annonces

Dossiers

Coronavirus
© Suva

Coronavirus

Entreprises et chantiers s’accrochent aux mesures sanitaires

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.