11:12 TECHNIQUE

Tradition et futur se marient pour sauver le patrimoine des fontaines de Carouge

Écrit par: Jean-A Luque
Teaserbild-Quelle: Scanways

Carouge (GE) peut s’enorgueillir de posséder quatre fontaines du XIXe siècle classées monuments historiques. Même si ces œuvres ont plutôt bien résisté à l’outrage du temps, les autorités ont décidé de les documenter en détail et de les archiver de manière à pouvoir les restaurer, au plus minime détail près, quand cela sera nécessaire.


Fontaines Carouge 1

Crédit image: Scanways

Les trois œuvres de Blavignac scannées dans leur environnement urbain peuvent être étudiées sous tous les angles.

Impossible de les rater. Elles sont là depuis des générations, trônant au milieu des places de Carouge, bien en vues. Elles sont quatre. Quatre fontaines, œuvres de l’architecte Jean-Daniel Blavignac, qui marquent l’irruption de l’eau courante moderne dans la cité sarde et, plus précisément, l’installation de la première machine hydraulique de la commune. Trônant sur la place du Marché, la plus  monumentale de ses fontaines est dédiée à l’Arve, rivière toute proche venue du pied du Mont-Blanc.

Là, entre deux vasques  superposées, un vieux dieu chevelu et barbu, assis, tient trois urnes symbolisant les sources du cours d’eau local. Sous la grande vasque, quatre cygnes de bronze sont adossés à la colonne centrale, bec grand ouvert pour laisser couler l’eau. Quant au grand bassin octogonal, il est tellement haut qu’on doit presque en deviner le contenu.

A première vue, cette œuvre et les autres fontaines de Blavignac ont plutôt bien résisté à l’outrage du temps, mais qu’en sera-t-il dans le futur ? Si pour une raison ou une autre, elles venaient à être endommagées et qu’il fallait leur rendre leur aspect d’origine, sur quelles bases, des artisans pourraient-ils les restaurer sans les dénaturer ? Les autorités de Carouge ont donc décidé d’en documenter trois et de les archiver de manière à pouvoir les remettre en état si nécessaire.

Fondateur de l’atelier Cal’as, Vincent Du Bois, sculpteur sur pierre, artisan renommé et artiste contemporain, a été mandaté pour elever ce défi. Il aurait pu se contenter d’appliquer des méthodes classiques, copie en plâtre ou relevé photographique. Mais l’homme qui manie les méthodes ancestrales apprécie la modernité : « Je n’ai pas une vision nostalgique de mon métier. Je trouve intéressantes la révolution numérique, l’intelligence artificielle ou la robotique… Nous pouvons vraiment tirer parti de ces techniques pour documenter des œuvres tridimensionnelles dont il faut conserver toutes les délicatesses et subtilités. C’est pour cela qu’il y a déjà quelques années, nous avons fait l’acquisition d’un scanner à main. »

Cet article n'est disponible en intégralité que pour les abonnés.

Connectez-vous maintenant!

Vous n'êtes pas encore abonné? Aperçu des abonnements.

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.