09:06 ARCHITECTURE

Le parc olympique de Munich et son toit sur la voie de l’Unesco

Teaserbild-Quelle: Tobi 87, CC_BY-AS_4.0

Il fait partie de Munich au même titre que la fête de la bière : le parc olympique avec son toit en forme de tente conçu par Otto Frei. Construite à l'origine pour les Jeux olympiques d'été de 1972 et conçu pour une durée de vie de 15 ans, cette couverture est toujours debout. Toutefois, sa rénovation est nécessaire pour pouvoir inscrire le site au patrimoine mondial de l’Unesco.

En dépit de la prise dramatique d’otages parmi les athlètes israéliens qui les a entachés, les Jeux olympiques de Munich de 1972 ont transformé la capitale bavaroise. Comme cela se passe lors de l’organisation d’un tel évènement, l’essor de la construction de l’époque fait encore sentir ses heureux effets aujourd’hui. C’est ce qui ressort du livre « München 1972 - Wie Olympia eine Stadt veränderte »., écrit par l’ancien reporter munichois Karl Stankiewitz.

Le fameux toit en forme de tente de l’ancien stade du Bayern est devenu un symbole de Munich, au même titre que la Frauenkirche, l'hôtel de ville et le Stachus. Construit par l'architecte Frei Otto (1925-2015), cette couverture ne devait avoir qu'une durée de vie de 15 ans. Elle est toujours debout, même si elle doit être rénovée en profondeur pour la deuxième fois dans les années à venir. Tout comme son parc, objet d’un projet de restauration et d’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco, pour un coût déjà estimé à 84 millions d’euros.

L’immobilier en pleine fine
Les grands projets de l'époque étaient le nouveau métro et la construction du RER munichois vers les banlieues. Le réseau a été achevé avant les Jeux et a joué un rôle essentiel dans l'organisation de l'événement sportif : « Plus de trois millions de personnes ont été transportées pendant les 17 jours des Jeux olympiques », souligne l'exploitant du S-Bahn. Les Jeux ont également eu un impact considérable sur la construction de logements et d'appartements pour les étudiants. Ainsi, le village olympique offre aujourd'hui encore un logement très convoité à des milliers de Munichois, mais de nombreux nouveaux immeubles ont également été construits à d'autres endroits.

La « ville de la presse » a été créée de toutes pièces à côté du parc olympique. C'est ici que 4000 journalistes ont couvert l'événement mondial, puis que les Munichois ont emménagé dans les 28 blocs. A côté, le temple de la consommation Olympia Einkaufszentrum, également ouvert en 1972, attire chaque jour de nombreux clients, même si l'OEZ est devenu tristement célèbre en 2016 suite à un attentat raciste qui a fait neuf morts à proximité.


Parc olympique Munich

Crédit image: Tobi 87, CC_BY-AS_4.0

Le parc reste l'un des lieux de loisirs préférés des habitants de la capitale bavaroise.

En fin de compte, presque toutes les constructions sont encore très utilisées après 50 ans, et pas seulement parce que l'Olympiahalle fait toujours partie des lieux de manifestations les plus importants du sud de l'Allemagne et que le parc olympique de Munich est généralement un lieu de loisirs très apprécié.

Une tour en épi de maïs
A l'époque, le boom de la construction olympique a également touché d'autres régions. Ainsi, à Augsbourg, à plus de 60 kilomètres du parc olympique de Munich, l'un des plus hauts bâtiments de Bavière a été érigé en un temps record d'un peu plus d'un an. La tour de l'hôtel, haute de plus de 115 mètres, devait absolument être prête à être occupée en 1972 et accueillir des invités pour les Jeux olympiques. Le bâtiment a été conçu sur le modèle des Marina City Towers de Bertrand Goldberg à Chicago - et, comme l'original américain, il est également appelé « épi de maïs » dans le langage populaire en raison de son design alvéolaire marquant.

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.