15:11 BAROMETRE DU BATIMENT

Quatrième trimestre 2019 : les résultats plongent dans le rouge

Teaserbild-Quelle: Jean-A. Luque

Le nombre de mises à l’enquête lors du dernier trimestre 2019 indique un ralentissement de l'activité du bâtiment. Les prévisions pour l'économie suisse sont également revues à la baisse. Et le coronavirus va freiner davantage la croissance de l'économie chinoise avec des conséquences imprévisibles pour l'Europe et la Suisse.

Quatrième semestre 2019, baromètre du bâtiment

Quelle: Jean-A. Luque

Nettement moins de surfaces de bureaux ont été construites en Suisse l’année dernière. Conséquence : la pénurie d’espaces attractifs dans les centres-villes entraîne une hausse des prix.

Le ralentissement dans la construction suisse s'est accéléré ces derniers mois. Au quatrième trimestre, le nombre total de projets immobiliers envisagés a diminué de 7,0 % par rapport à l'année précédente, alors que le nombre de biens immobiliers en cours s’est plus ou moins maintenu (-0,2 %). Mais le coup de frein est encore plus prononcé si on compare les chiffres par rapport au troisième trimestre 2019. Les investissements à venir ont diminué de 11,0 %, et les édifices mis sur le marché ont même baissé de 14,6 %. Sur l’ensemble de l’année, ces mauvais chiffres sont compensés par l’excellent premier trimestre 2019. Sur douze mois, les mises à l’enquête ne sont que très légèrement en baisse de 0,3 % par rapport à l'année précédente et de 3,1% en comparaison de la moyenne des sept dernières années. Ce ralentissement des affaires se manifeste également dans les livraisons de ciment. Selon l'Association suisse de l'industrie du ciment (Cemsuisse), les ventes ont baissé, au quatrième trimestre 2019, de 4,9 % par rapport au même trimestre de l'année précédente. Une tendance qui n’est pas nouvelle. Après la forte croissance du premier trimestre (+4,8 %), l'indice a été constamment négatif : -0,2 % au deuxième trimestre et -1,5 % au troisième trimestre. Sur l'ensemble de l'année, la consommation de ciment a diminué de 1,7 % par rapport à  2018. Les prix de la construction en Suisse sont restés stables l’année dernière. L'indice des prix de la construction de l'Office fédéral de la statistique (OFS) a même enregistré une petite hausse de 0,4 %.

Equipements moins chers, mais travaux plus onéreux

La baisse des prix des équipements sanitaires et des ascenseurs a été compensée par la hausse des tarifs dans les travaux de maçonnerie et de façade. Les coûts ont également augmenté dans le domaine du génie civil, notamment pour les travaux de terrassement, de fondations et de superstructures. Le volume de construction dans le segment des immeubles de placement résidentiels affiche une tendance à la baisse, marquée par des valeurs statistiques diamétralement opposées. Sur la base des mises à l'enquête, le montant d’affaires du dernier trimestre a diminué de 13,5 % par rapport à l'année précédente, alors qu’au troisième trimestre, il était encore de +17,4 %. Dans le segment des immeubles collectifs, la baisse est principalement imputée à l’activité de constructions neuves qui est à -12,2 % (3e trimestre : +14,3 %). C'est ce que montrent les analyses des chiffres de Docu Media Suisse Sàrl. Les constructions neuves représentent la part la plus importante des investissements dans la construction de bâtiments : 85,5 % au dernier trimestre. Toutefois, le volume de constructions projeté a également connu un recul, dû à la baisse des dépenses pour les rénovations et transformations (-20,5 %). La situation semble un peu moins dramatique à long terme ; par rapport à la moyenne décennale, le volume total de mises à l'enquête au quatrième trimestre n’est inférieur « que » de 3,6 %.

La construction neuve en baisse

Pour sa part, la valeur globale du segment des immeubles collectifs a été supérieure de 0,4 % à celle de l'année dernière, bien que l'activité de construction neuve ait également diminué (-0,5 %). Dans ce segment, les impulsions de croissance sont dues aux rénovations et transformations, pour lesquelles les  investissements prévus en 2019 ont augmenté de 4,8 %.

En attendant une baisse de loyers

Malgré le ralentissement de l'activité de construction neuve, la pression sur les loyers devrait toujours se faire sentir. Selon les analyses de la société de conseil Wüest Partner, les loyers des appartements proposés à la location en 2019 ont baissé en moyenne de 0,9 % dans toute la Suisse. A moyen terme cependant, les chiffres s’affichent à la hausse. En effet, fin 2019, l'indice des prix des loyers collectés par Homegate et la Banque Cantonale de Zurich était légèrement supérieur à la moyenne

nationale de 2016, après avoir baissé entretemps. Les loyers, notamment dans les villes, ont fortement augmenté au cours de cette période : Zurich environ 6,6 %, Bâle 2,6 % et Berne 1,6 %.

Loyers stables

Les loyers à Genève sont restés stables, tandis que Lausanne a connu une baisse moyenne de 1,5 %. Wüest Partner suppose que le taux d'intérêt de référence sera abaissé dans les prochains mois, si bien que les locataires auraient

droit à une réduction correspondante qui pourrait freiner la hausse des loyers, en particulier dans les villes. Bien que les prix de l'immobilier résidentiel et des maisons familiales individuelles (MFI) aient moins augmenté au second trimestre 2019 qu'au premier, le logement en propriété reste très attractif en raison de la faiblesse des taux d'intérêt hypothécaires. Selon Wüest Partner, il ne faut pas s'attendre à une forte hausse des prix comme en 2017 et 2018, vu que les règles régissant la capacité à supporter la charge financière sont assez strictes. Les acheteurs de biens immobiliers ne doivent pas seulement être en mesure de rembourser leur hypothèque dans le contexte actuel de faibles taux d'intérêt, mais également pouvoir faire face à un taux hypothécaire de 4 à 5 %.

Mises à l’enquête en progression

Les mises à l'enquête pour des MFI au 4e trimestre ont montré une belle progression de 7,6 % par rapport à l'année précédente. Avec une croissance de 8,6 %, l’activité de construction neuve affiche une plus forte hausse que celle du secteur des transformations et rénovations (+6,3 %). Bien que ce segment immobilier ait pu briser, au quatrième trimestre, la tendance à la baisse des années passées, le total au dernier trimestre était encore inférieur de 20,0 % par rapport à la moyenne décennale.


Cet article n'est disponible en intégralité que pour les abonnés.

Connectez-vous maintenant!

Vous n'êtes pas encore abonné? Aperçu des abonnements.

Autres articles intéressants

Annonces

KOF-Baublatt-Ausblick

Der KOF-Baublatt-Ausblick beziffert die zu erwartenden nominellen Bauinvestitionen der nächsten vier Quartale. Erstellt wird die Prognose von der KOF Konjunkturforschungsstelle der ETH Zürich. Die Analyse basiert auf Daten zu Baubewilligungen und -gesuchen, welche die Baublatt-Herausgeberin Docu Media Schweiz GmbH systematisch erhebt.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.