09:01 DIVERS

Holcim victime d’incendies et de sabotages en Suisse

Teaserbild-Quelle: ZAD de la colline

Depuis l’évacuation de la ZAD du Mormont fin mars 2021, le cimentier Holcim est la cible d’actes de vandalisme et de sabotage. Dernier en date, mardi matin, dans la campagne genevoise où des véhicules du groupe ont été incendiés.


Une ZAD fait barrage à Holcim et sa carrière d'Eclépens

Après les actions pacifiques comme la ZAD du Mormont, certains activistes proclimat semblent vouloir passer à des actes violents pour lutter contre Holcim.

Très tôt mardi 4 janvier, deux véhicules stationnés dans l’enceinte de la gravière de Sézegnin (GE) ont été complètement détruits par le feu. A l’arrivée des pompiers, à l’aube, il ne restait plus que deux squelettes de tôle entièrement consumés. A côté de ces deux véhicules, des engins de chantier notamment des chargeuses sur pneus l’ont échappé belle et n’ont subi que des dégâts légers, vitres brisées, carrosserie noircie, roues détruites.

Graffitis explicites
Sur les murs des containers, des graffitis sont également visibles. La cible est clairement identifiée. On peut y lire : «Holcim de merde» et «Ouvrières, butez vos patrons». La carrière de Sézegnin, sur le territoire des communes de Soral, Avusy, Laconnex et Sézegnin, est exploitée par le cimentier helvétique depuis une dizaine d’années.

Ces actes de vandalisme à l’encontre de Holcim font suite à la très médiatique ZAD (zone à défendre) de la colline du Mormont et son évacuation par les forces de l’ordre fin mars 2021. Des militants proclimat avaient occupé les lieux pour empêcher l’extension de la carrière de ciment située à proximité de La Sarraz, dans le canton de Vaud.

Action commando
Dans les jours qui avaient suivi le démantèlement de la ZAD, un «commando Chico Mendes» avait revendiqué le sabotage de plusieurs véhicules du cimentier à Bière (VD). Une jeep et cinq engins de chantier au moins avaient été endommagés à l’intérieur du périmètre de la carrière du Cambèze exploitée par la multinationale.

Risques pour les employés
Holcim avait confirmé que des murs avaient été graffés par des inconnus, entre le 17 et le 22 mars. Puis début avril, des serrures avaient été forcées. Surtout «plusieurs machines de chantier ont été gravement endommagées. Les dommages subis par les véhicules constituent un risque majeur pour la sécurité des personnes. Heureusement, aucun employé n'a été blessé», avait communiqué officiellement Holcim.


Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.