14:54 DIVERS

Le canton du Jura met sur papier son passé carolingien

Teaserbild-Quelle: Office de la culture

L’Office de la culture et la Société jurassienne mettent en lumière les récentes découvertes archéologiques effectuées sur la colline du Paplemont et près de la chapelle Saint-Gilles à Cornol (JU). Parmi elles, une cave datant de l’époque carolingienne.

Une cave carolingienne semi-enterrée a été découverte près de la chapelle St-Gilles. Datant entre la fin du VIIe et la fin du IXe siècle, elle faisait probablement partie d’une grange dédiée aux dîmes ecclésiastiques.

Crédit image: Office de la culture

Cette cave datant entre la fin du VIIe et la fin du IXᵉ siècle faisait probablement partie d’une grange dédiée aux dîmes ecclésiastiques.

C’est grâce à une prospection menée en 2013 par un collaborateur bénévole de la Section cantonale jurassienne d’archéologie et de paléontologie qu’une activité humaine remontant à l’âge du Fer et à la période gallo-romaine a été identifiée à Cornol. (JU). L' Université de Bâle a pris le relais pour deux séries de fouilles sur la colline de Paplemont et les alentours de la chapelle Saint-Gilles, située en contrebas. Le Cahier d’archéologie jurassienne fait ainsi la part belle à l’étude issue de cette collaboration, basée sur le travail de master d'un jeune archéologue bâlois.

Une cave maçonnée semi-enterrée
La prospection avait notamment révélé les traces d’un bâtiment en pierre situé à quelques dizaines de mètres à l’est de la chapelle Saint-Gilles. Les fouilles qui ont suivi ont révélé qu’il s’agit d’une cave maçonnée semi-enterrée de plan légèrement trapézoïdal, mesurant environ 6 x 4,5 m. Il n’a pas été possible de déterminer si la cave était surmontée d’un étage. La datation au radiocarbone a permis de dater sa construction entre la fin du VIIᵉ et la fin du IXᵉ siècle. Abandonné entre la fin du XIᵉ et le milieu du XIIᵉ siècle, le bâtiment est progressivement tombé en ruine avant d’être comblé. Rare témoin bâti de la période carolingienne, la cave faisait probablement partie d’une grange dédiée aux dîmes ecclésiastiques, tout en étant associée à une église dont les vestiges se situent sous la chapelle actuelle.

Lieu de culte présumé
Les traces repérées sur la colline se résument essentiellement à la découverte de nombreux objets, souvent métalliques. Les trouvailles attestent que les phases d’activité humaine les plus intenses datent de la période antique. La présence de monnaies et fibules, mais aussi d'ossements d’animaux, de fragments de céramique de cuisson et de table, ainsi que de deux dents humaines calcinées de l’âge du fer, suggèrent aussi que la colline était un lieu de culte autrement plus ancien. Il s’agissait probablement d’un «bois sacré».

Autres articles intéressants

Annonces

Profils d'entreprises

Commerce de fer fribourgeois SA

Trouvez facilement et simplement des contacts avec des artisans et des fabricants grâce aux nouveaux profils d'entreprise.

Batimag Analyse

analyse

Nouvelle analyse trimestrielle du secteur suisse de la construction

Une synthèse visuelle et concise de l'activité de construction dans toute la Suisse. ​Découvrez l'évolution des demandes de permis de construire par région et par catégorie de bâtiment pour voir les domaines domaines qui devraient enregistrer une augmentation des commandes.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

newsico

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.