16:12 DIVERS

Morgins investit dans le bois local et le travail solidaire

Écrit par: Jean-A Luque
Teaserbild-Quelle: Passareco

Pour protéger les prés et champs transformés en parkings provisoires, les caillebotis en bois se révèlent une formule écologique et économique. En première romande, le Val d’Illiez les teste cet hiver.

Caillebotis Morgins 2

Quelle: Passareco

Morgins est la première station romande à tester des caillebotis pour protéger ses champs et espaces verts. A terme, les autorités locales prévoient d’en poser 6000 m2. L’occasion aussi de valoriser les forêts de la région.

Chaque hiver, ça recommence. Les stations de montagne se préparent à accueillir les amateurs de ski, snowboard et autres amoureux de la neige. Et les services de voirie s’activent pour canaliser le flot de voitures.

Pour faire face à cet afflux de  véhicules, les parkings en dur ou les bords de route ne suffisent pas. Il n’est donc pas rare que des prés et des champs enneigés et glacés soient aménagés en places de parcs. Mais quand le printemps revient et que les touristes s’en sont allés, le dégel et la gadoue laissent souvent place à un spectacle de désolation : pneus d’hiver et chaînes ont labouré les terrains, ornières et boue garanties.

« Cela fait un moment qu’on se demande comment protéger efficacement les prés transformés en parking pendant l’hiver, s’exclame Oscar Dubosson, conseiller municipal de Troistorrents dans le Val d’Illiez. Chaque année, il nous faut trois semaines à un mois de soins pour remettre en état les champs. Alors, l’année dernière, on a décidé qu’il fallait trouver une protection efficace. On a d’abord envisagé la pose de plaques en plastique. Mais ce n’était ni  très écolo ni très économique. Pour aménager la Place du 6 août qui se trouve à  cent mètres des remontées mécaniques à Morgins, il fallait compter 70 000 francs. » Trop onéreux pour préserver l’aire de jeux qui l’été accueille enfants et parent au centre de la station.

C’est là qu’Oscar Dubosson a pensé à Adelboden, le haut lieu des sports d’hiver de l’Oberland bernois. Là-bas, depuis plus  de 15 ans, la société des remontées mécaniques utilise des caillebotis en bois pour ses aires de stationnement, aussi bien celles qui sont préparées pour toute la saison froide que celles provisoires pour les événements liés à la Coupe du monde de ski. Du coup, le Valaisan a contacté  ses homologues alémaniques pour découvrir cette méthode.

Souple, robuste et écolo

Le système proposé sous licence par la  société Passareco a convaincu les municipaux de Troistorrents. En effet, les caillebotis en bois souples répartissent les charges de façon régulière et évitent  le compactage du terrain. Ils protègent efficacement les sols et sont faciles à entretenir et entreposer en été. En trois ou quatre jours, les prés sont rendus à leur état originel. De plus, les panneaux constitués de baguettes en bois assemblés en quadrillage s’avèrent robustes et résistent remarquablement tant aux conditions hivernales qu’au poids et aux pneus des voitures. Que demander de plus ?

« Eh bien justement, relève Oscar Dubosson, nous voulions aussi valoriser les 1800 hectares de nos forêts. Nous sommes en train de construire notre nouvelle Maison de commune avec les bois de la Bourgeoisie, mais après avoir confectionné les planches et le lamellé-collé il nous reste pas mal de chutes. C’est juste parfait pour fabriquer des caillebotis ! »

Cet article n'est disponible en intégralité que pour les abonnés.

Connectez-vous maintenant!

Vous n'êtes pas encore abonné? Aperçu des abonnements.

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.