14:12 OPINIONS

Des masques contre les surcoûts dus au coronavirus

Teaserbild-Quelle: Infra Suisse

La Suisse se trouve actuellement en pleine deuxième vague de Covid-19. Et ce ne sera probablement pas la dernière. Comme partout, l’insécurité est également importante chez les constructeurs d’infrastructures. Les mesures de protection suffiront-elles ? Quelles seraient les conséquences pour les entreprises, si une part importante du personnel tombe malade ? Les maîtres d’ouvrage publics tiendront-ils leurs promesses d’investissements ?


Les entreprises suisses de construction ont rapidement mis en œuvre les mesures exigées pour endiguer la propagation du virus. Le masque fait partie de ces mesures, partout où les distances ne peuvent pas être respectées. Le port du masque n’est pas particulièrement agréable, mais on s’y habitue assez vite. Ce morceau de tissu devant la bouche et le nez réduit le risque de contagion et n’empêche pas de parler. Heureusement. Car à propos de coronavirus et de chantiers, il y a matière à discussion.

Par exemple concernant l’indemnisation des surcoûts liés à la mise en œuvre des différentes mesures contre le coronavirus. Certains maîtres d’ouvrage refusent obstinément d’évoquer une indemnisation des surcoûts. Fort heureusement, d’autres font preuve de davantage de compréhension et de responsabilité, et sont prêts à discuter d’une solution équitable avec leurs fournisseurs.

A notre sens, les recommandations de la KBOB ne tiennent pas suffisamment compte de la situation actuelle et constituent un très mauvais signal, compte tenu de la nouvelle augmentation du nombre de cas. Nous proposons que les mesures supplémentaires réelles, démontrées et appropriées prises par les entreprises de construction soient prises en charge sur la base de leurs coûts effectifs. Cela constituerait une approche pragmatique, transparente et équitable. Nous sommes convaincus que, dans la situation extraordinaire que nous vivons, on peut attendre de la part des institutions publiques qu’elles agissent durablement et assument leurs responsabilités économiques.

Par le passé, le secteur de la construction a toujours su trouver des terrains d’entente en matière de règles et de procédures, permettant à toutes les parties de vivre et de survivre. Nous devons aussi y parvenir pour cette pandémie et les éventuelles pandémies à venir.

Alors, lavons-nous les mains, portons le masque et recherchons ensemble des solutions ad hoc !

Matthias Forster
Directeur

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.