11:08 PROJETS

Le réseau hydrothermique GeniLac avance contre vents et marées

Teaserbild-Quelle: sig-ge.ch

La construction du réseau hydrothermique GeniLac progresse, malgré les complications engendrées par la pandémie et le contexte géopolitique. L'infrastructure permet de produire du froid et du chaud grâce à l'eau du Léman. Elle doit être raccordée à 350 bâtiments d'ici 2045. En 2021, SIG a construit 3 km de réseau souterrain et raccordé neuf nouveaux bâtiments. Les travaux pour poser des conduites au fond du lac ont débuté au mois de juin.

La station de pompage (STAP) du Vengeron alimente le réseau hydro-thermique GeniLac.

Crédit image: sig-ge.ch

La station de pompage (STAP) du Vengeron sera le coeur de GeniLac. Sa construction a progressé avec l’installation des pompes et des échangeurs d’énergie.

D’une longueur de 30 km, entièrement souterrain, GeniLac est le plus grand réseau hydrothermique jamais construit à Genève. Conçue à l’origine pour produire du froid et remplacer les climatiseurs, très énergivores, cette infrastructure réalisée par SIG produit également du chauffage grâce à des pompes à chaleur connectées au réseau. GeniLac est composé de deux réseaux, l’un, en boucle ouverte vers le centre-ville qui s’étend jusqu’au Rhône, et l’autre, en boucle fermée qui relie l’aéroport et s’étend jusqu’au Quartier de l’Etang. D’autres boucles fermées verront le jour dans les secteurs du PAV (La Praille-Acacias-Vernets), de la Gare des Eaux-Vives et des HUG.

Consommation énergétique nettement réduite
Toute l’installation fonctionne avec de l’électricité 100% renouvelable et permet une diminution de 80% de la consommation d’électricité pour la climatisation et de 80% des émissions de CO2 pour le chauffage. A l’horizon 2045, lorsque 350 bâtiments seront raccordés, cela représentera une réduction de 70 GWh d’électricité par an, soit l’équivalent de la consommation annuelle de 27'000 ménages ainsi qu’une diminution de 70’000 t de gaz à effet de serre par an pour le canton de Genève, à savoir l’équivalent des émissions de 192’000 camions de 30 t.

L’eau est captée dans le lac Léman à 45 m de profondeur, à une température moyenne d’environ 7 degrés. Elle est ensuite acheminée jusqu’à une station de pompage, passe par un échangeur, puis est transportée dans des conduites souterraines jusqu’aux bâtime

Crédit image: sig-ge.ch

L’eau est captée dans le lac Léman à 45 m de profondeur, à une température moyenne d’environ 7 degrés. Elle est ensuite acheminée jusqu’à une station de pompage, passe par un échangeur, puis est transportée dans des conduites souterraines jusqu’aux bâtiments raccordés.

Le déploiement du réseau GeniLac s’est poursuivi en 2021. Les micro-tunneliers ont percé les galeries souterraines entre le Vengeron et Palexpo, permettant de commencer la pose des conduites dans la boucle qui reliera l’aéroport. La construction de la station de pompage du Vengeron, le cœur de GeniLac, a progressé avec l’installation des pompes et des échangeurs d’énergie. La mise en service est prévue en 2024.

30% de production supplémentaire
De plus, sur le réseau urbain, SIG a posé avec succès des tuyaux sous le quai du Seujet. Les travaux sont terminés et 43 arbres ont été replantés pour remplacer les 34 qui ont été coupés. 9 nouvelles installations ont été mises en service. En 2021, GeniLac a produit 33 GWh de froid et de chaud, ce qui représente une hausse de près de 30% par rapport à 2020.Depuis début juin, les conduites sont assemblées sur une longueur de 80 m, puis immergées au fond du lac à une profondeur de 45 m, pour puiser de l’eau à une température moyenne de 7 degrés, avant de la restituer à son milieu naturel.

SIG construit GeniLac, le plus grand réseau thermique écologique jamais bâti à Genève. Cette infrastructure fonctionne avec l’eau du lac Léman et de l’électricité 100% renouvelable.

Crédit image: sig-ge.ch

Les galeries souterraines entre le Vengeron et Palexpo sont percées. La pose des conduites dans la boucle qui reliera l’aéroport à GeniLac peut commencer

Le but du processus est de réduire au maximum la consommation d’eau en créant une boucle fermée permettant de valoriser les échanges thermiques et ainsi réduire l’utilisation de la ressource naturelle. SIG surveille l’impact sur la température du lac Léman et l'eau puisée au fond du lac, à une température moyenne de 7 degrés, est rejetée en surface où l’eau est plus chaude, ou dans le Rhône.

L’ONU Genève, pionnière de la climatisation écologique
Avant GeniLac, un premier réseau thermique renouvelable a été conçu à Genève sous l’impulsion de l’Etat de Genève, de l’Office cantonal de l’énergie (OCEN) en partenariat avec Serono et SIG.
GLN, Genève-Lac-Nations, est né en 2008, composé d’une station de pompage au bord du lac et d’un réseau de 5 km. Il permet de remplacer les climatiseurs très gourmands en énergie. 

L’ONU fait figure de pionnière de la thermique renouvelable et se raccorde en premier en 2009. L’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Union internationale des télécommunications (UIT), l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ou encore l’Organisation météorologique mondiale (OMM) suivent dans la foulée. Une décision qui leur permettra de diminuer leur consommation énergétique pour le rafraichissement de leurs bâtiments de 80%.

Partenariat avec l'ONU
L’ONU a décidé de construire les installations pour produire du chauffage avec GeniLac. Des pompes à chaleur (PAC) qui fonctionneront avec de l’électricité 100% renouvelable seront installées et mises en service en 2025. A ce moment-là, l’ONU Genève réduira ses émissions de gaz à effet de serre pour le chauffage de 80%, émissions qui se chiffrent actuellement à environ 3500 t par an. Une belle contribution à la lutte contre le réchauffement climatique.

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.