10:11 PROJETS

Les anciens abattoirs de Saint-Imier restent en plan

Teaserbild-Quelle: Atelier d'architecture M

Saint-Imier (BE) ne reconvertira pas pour le moment ses anciens abattoirs. Le bâtiment reste à l’abandon après le retrait de la société de développement économique, chargée par la Municipalité de le transformer en centre de police et de santé. La situation économique de la construction explique en partie cet échec.

Abattoirs Saint-Imier 3

Crédit image: Atelier d'architecture M

L’avenir des anciens abattoirs de Saint-Imier, bâtiment laissé à l’abandon depuis très longtemps, est toujours pavé d’incertitudes.

Le sort des anciens abattoirs de Saint-Imier (BE) est maudit. Après l’échec d’un projet de centre en hommage au clown Grock en 2008, voici que la reconversion des bâtiments en centre pour la police et la santé est abandonnée. La société de développement économique Crescentia, chargée par la Municipalité de piloter ce projet, a jeté l’éponge devant la situation morose du secteur de la construction et les exigences accrues en maitre de protection de ce site laissé à l’abandon depuis de très nombreuses années.

Il y a deux ans, tout s’annonçait pourtant bien. Le Conseil de ville de Saint-Imier confiait à Crescentia le soin de conduire, avec trois partenaires, la transformation de ce corps de bâtiment implanté à l’est de la gare. Ces abattoirs étaient depuis très longtemps laissés à eux-mêmes. Les locaux étaient presqu’en ruines, et leur reconversion exigeait une transformation et une reconversion complète.

Financement problématique
Le Parc Chasseral, le Réseau de l’Arc et la police cantonale bernoise ont pourtant travaillé en 2022 à affiner leur projet de centre commun. Mais le financement de ces travaux, qui n’était pas envisagé par la Municipalité, a vite posé problème. La situation économique de la construction, les exigences de la protection de ce site et les coûts énergétiques ont fait grimper la facture. A tel point que la société Crescentia a mis en péril sa propre santé financière, ce qui a motivé cette année à la faire renoncer.

Les trois partenaires impliqués dans ce projet restent cependant actifs pour le redessiner, avec l’appui de la Municipalité. Cette dernière a toujours dit qu’elle ne souhaitait pas engager de fonds importants en faveur des anciens abattoirs. Le maire de 2008, avait ainsi sèchement retoqué l’association Grockland qui lui demandait deux millions sur les dix que coûtait la conversion des anciens abattoirs en centre de music-hall. Ce qui aurait provoqué une votation populaire en vertu de la loi bernoise sur le référendum obligatoire. La mairie était par contre disposée à lui céder le bâtiment pour un franc symbolique.

Autres articles intéressants

Annonces

Profils d'entreprises

ALBANESE® Baumaterialien AG

Trouvez facilement et simplement des contacts avec des artisans et des fabricants grâce aux nouveaux profils d'entreprise.

Batimag Analyse

Nouvelle analyse trimestrielle du secteur suisse de la construction

Une synthèse visuelle et concise de l'activité de construction dans toute la Suisse. ​Découvrez l'évolution des demandes de permis de construire par région et par catégorie de bâtiment pour voir les domaines domaines qui devraient enregistrer une augmentation des commandes.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.