15:11 PROJETS

Un mécène suisse pour rénover la Chapelle royale du Château de Versailles

Teaserbild-Quelle: D.R.

La rénovation de la Chapelle royale du Château de Versailles a aussi sa touche suisse. Un mécène genevois a mis la majorité des millions nécessaires à ces travaux sur la table.  Le joyau du Roi-Soleil, consacré en 1710, a ainsi retrouvé ses dorures.

Après avoir traversé les siècles avec quelques rénovations mineures, la Chapelle royale avait besoin d’une restauration générale. Le toit et ses parements, la statuaire, les vitraux et la charpente nécessitaient une cure de jouvence.

Crédit image: D.R.

Après avoir traversé les siècles avec quelques rénovations mineures, la Chapelle royale avait besoin d’une restauration générale. Le toit et ses parements, la statuaire, les vitraux et la charpente nécessitaient une cure de jouvence.

La Chapelle royale du château de Versailles demandait une restauration aussi urgente que coûteuse. En ce qui concerne en particulier le toit et ses parements, la statuaire, les vitraux et la charpente. Les travaux ont pu être notamment financés par la Fondation suisse Philanthropia, comme  mécène principal de la restauration. Le Château de Versailles a pu ainsi redorer le blason de son joyau, consacré par le roi Louis XIV dans les dernières années de son long règne. Tout en perpétuant la transmission des savoir-faire des métiers d’art.

Cette restauration considérable a fait intervenir une multitude de corps de métiers et d'expertises essentiels à la conservation du patrimoine. Maîtres couvreurs, maîtres charpentiers, tailleurs de pierre, sculpteurs, maîtres verriers, vitriers, doreurs, serruriers: ils sont les mains de cette opération spectaculaire.  

Partie invisible pour ses visiteurs, la charpente de la Chapelle royale est pourtant un élément exceptionnel du monument. La complexité de sa conception et son assemblage composé d'éléments massifs taillés dans du bois de chêne est une œuvre en elle-même. Si la structure d'ensemble était dans un état relativement correct, les restaurateurs ont dû intervenir plus massivement que prévu en raison de dégradations découvertes lors du démontage de ses parties basses. D'importants travaux de soulèvements ont été réalisés pour remplacer les éléments dégradés. La restauration des ornements de la couverture en plomb a redonné à l'édifice son aspect original.  

Des vitraux royaux
Véritable particularité dans l’architecture générale du bâtiment, les fenêtres sont élancées et lumineuses à l’image de l’aspect intérieur et extérieur de la Chapelle royale. Une telle impression n’est possible que grâce à ces ouvertures constituées de glace (c’est-à-dire un verre épais, transparent, parfait sur le plan optique) qui laisse entrer la lumière à flots. C’était à l’époque un véritable luxe. En 1665, Louis XIV crée la Manufacture royale des glaces (devenue Saint-Gobain), qui fournira les miroirs de la galerie des Glaces de son château et les vitraux de la Chapelle royale. Avec ce chantier de restauration, l’entreprise Saint-Gobain renoue avec son passé.  

La qualité et virtuosité du décor sculpté de la Chapelle royale est sans conteste une part essentielle de la spécificité de cet édifice. Des gargouilles aux torchères, des chapiteaux de pilastres aux têtes de chérubins des fenêtres et des 46 baies encadrant ces ouvertures, ce ne sont pas moins de 140 éléments sculptés qui ont dû être retravaillés en atelier ou in situ.

Réalisées par les principaux artistes de l'époque, les grandes sculptures monumentales présentes sur la balustrade et le fronton central de la façade ouest du bâtiment ont également nécessité une restauration. Désormais, l’édifice flamboie à nouveau.

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.