17:01 PROJETS

Une ossature métallique pour rénover le Théâtre de Vidy

Écrit par: Jean-A Luque
Teaserbild-Quelle: Pont 12 Architectes

Signé Max Bill, le Théâtre de Vidy devait être éphémère, le temps d’un été et de l'Expo 64. Imaginé pour n’exister que six mois, il a résisté pendant plus d’un demi-siècle. Aujourd’hui, définitivement obsolète, il est temps de le rénover, de l’agrandir, de le moderniser et de le mettre aux normes du XXIe siècle. La Ville de Lausanne va investir 27,5 millions pour ce chantier avec une volonté affichée : que les travaux ne se voient pas ! Le but est de ressembler au projet originel. Hommage.


Théâtre Vidy 1

Crédit image: Jean-A. Luque

De la salle de spectacle principale Charles Apothéloz, il ne reste plus aujourd’hui que le squelette, la structure porteuse si emblématique de Max Bill.

Sur les bords du Léman à Lausanne, l’automne est gris et blafard. Les arbres ont perdu leurs feuilles, ne restent que les troncs mis à nu. Comme le Théâtre de Vidy. Dépouillé de ses façades, il ne reste que la structure porteuse du  bâtiment. Cette ossature métallique – ainsi que quelques panneaux fibrociments de la toiture du premier étage – c’est tout ce qu’il reste de l’édifice originel après quelques transformations et rénovations opérées ces cinquante dernières années.

Toutes les façades ont été remplacées (1974, puis 1998), les doubles hauteurs  divisées par des dalles (1985, 1998). Nonobstant, le théâtre a conservé tout au long de ces transformations une très forte identité visuelle et une cohérence architecturale générées par les choix constructifs et esthétiques de Max Bill.

Le respect de cette identité a été une des priorités du maître d’ouvrage, la Ville de Lausanne, et des architectes de Pont12 chargés de procéder à cette renaissance. Tout est mis en œuvre pour valoriser le  travail de Max Bill, préserver la matérialité et la composition de ses volumes. Chez lui tout est rigueur et simplicité dans les formes. Sobre, mais jamais austère. Le but est donc de rendre hommage à ce visionnaire pluridisciplinaire qui a été architecte, peintre, sculpteur, graphiste, designer, politicien…

Son théâtre du bord de l’eau est le dernier élément témoignant du grand pavillon de la culture sur le site de l’exposition nationale 1964, œuvre majeure de l’architecte, et à ce titre référence d’intérêt national. Le bâtiment est en note 3, d’intérêt local au recensement architectural du canton de Vaud. Définitivement obsolète, le théâtre a bien mérité : 56 ans alors qu’il a été conçu sur une base provisoire d’un seul semestre.

Demandez le programme

Les travaux devisés à 27,5 millions sont prévus sur deux ans jusqu’à l’été 2022. Il faut dire que la tâche est immense. Il s’agit dans le désordre de rénover et moderniser la salle principale Charles Apothéloz qui n’a connu aucune intervention majeure depuis cinquante ans. Il convient également de lui adjoindre une vraie salle de répétition afin de lui permettre de continuer son rôle d’institution de création de niveau  européen, d'ajouter une extension pour les espaces techniques et des accès pour les personnes à mobilité réduite. Sans oublier de réinventer le foyer du théâtre, la Kantina, avec son bar et sa terrasse au bord  du lac. Et ne parlons pas des importants investissements à consentir sur le plan de la sécurité et de la mise aux normes des installations techniques.

S’inspirer de la trame géométrique

Pour les architectes, il a fallu répondre à une question moins simple qu’il n’y paraît : comment rénover / restaurer l’existant et comment le prolonger par le nouveau volume de la salle de répétition ? La réponse passe par la substance originale de l’édifice, c’est-à-dire son ossature métallique  et sa trame géométrique qui permettent d’ordonner son fonctionnement et de redéfinir plusieurs façades.

Cet article n'est disponible en intégralité que pour les abonnés.

Connectez-vous maintenant!

Vous n'êtes pas encore abonné? Aperçu des abonnements.

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.