15:06 TECHNIQUE

A Genève, Port-Choiseul s’est offert un solide lifting

Teaserbild-Quelle: Canton de Genève

Genève a mis son deuxième port aux petits soins. Les travaux d’entretien de Port-Choiseul ont permis de préserver l’histoire des infrastructures tout en leur offrant un solide rafraîchissement.

Le fond de Port-Choiseul doit être dragué tous les 20 ans pour ôter les limons accumulés

Crédit image: Canton de Genève

Le fond de Port-Choiseul doit être dragué tous les 20 ans pour ôter les limons accumulés.

Constitué de plus de 700 places d'amarrage de plaisance, Port-Choiseul est le deuxième port du canton de Genève après celui des Eaux-Vives. Lieu de loisirs très prisé avec sa plage de galets, son parc, ses nombreuses activités nautiques et ses trois lieux de restauration, Port-Choiseul est également un lieu chargé d'histoire qu'il convient d'entretenir et préserver. Cette infrastructure a su évoluer au fil du temps tout en préservant ses caractéristiques historiques.

Dragage tous les 20 ans
Tous les 20 ans, le port doit notamment être dragué pour ôter la vase accumulée. Un chantier nécessaire pour la sécurité, le confort d'usage et la pérennité de l'infrastructure portuaire, dans le respect des normes environnementales les plus exigeantes. Plus de 11'000 mᶟ de sédiments, soit plus de 100 voyages par bateau transportant de 80 à 120 mᶟ de sédiments ont été immergés au large de Gland. 4000 m² de barrages flottants au total ont été placés à chaque étape de dragage pour protéger les eaux, les herbiers voisins et la fraie du brochet. La qualité des travaux de dragage et le réglage des fonds portuaires est possible grâce à la dextérité des machinistes assistés par système de guidage GPS embarqué.

Environ 9000 m2 d’estacades (pontons d’accès aux bateaux) ont été nettoyés.

Crédit image: Canton de Genève

Environ 9000 m² d’estacades ont été nettoyées.

Principalement construites entre 1940 et 1970, les infrastructures portuaires des 22 ports cantonaux nécessitent des inspections et un entretien courants. Port-Choiseul a donc fait l'objet d'une importante restauration simultanément aux travaux de dragage. Quelque 9'000 m² de surface de digues et d'estacades (pontons d'accès aux bateaux) ont été assainies et rénovées, ce qui représente une longueur de 1,2 km. Le béton et l'acier des estacades ont fait l'objet de traitement et réfection dans ce milieu lacustre très exposé.

Le réseau d’amarrage a été entièrement redimensionné et rénové.

Crédit image: Canton de Genève

Le réseau d’amarrage a été entièrement redimensionné et rénové.

Les équipements à destination des navigateurs ont également été améliorés: les grues de mâtage et portuaires ont été démontées, restaurées et remises aux normes. L'agrandissement du ponton de mâtage a permis le déplacement et la mise en place d'une nouvelle génération de la station de pompage d'eaux usées et de fond de cale. Quant à l'armoire de distribution électrique de la zone de traitement des navires, elle a été mise en conformité. Afin d'assurer la protection des eaux du Léman, l'Etat de Genève offre dans tous ses ports l'usage des pompes d'eaux usées et fond de cale aux navigateurs.

Sécurité améliorée pour les usagers
Plus de 500 échelles d'accès aux bateaux ont été changées et 50 nouvelles échelles de secours avec trois échelons immergés, même en cas de basses eaux, ont été installées. C'est l'ensemble du réseau d'amarrage des 700 places de Port-Choiseul qui a été réorganisé et rénové, soit le changement de 8 km de chaînes d'amarrage, ainsi que la restauration et le remaniement de 130 corps-morts immergés.

Le coût des travaux s'élève à 1,96 million de francs répartis entre 1,2 million pour l'entretien et le renouvellement de l'infrastructure portuaire et 760'000 francs pour le dragage du port.

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.