08:43 TECHNIQUE

Le futur pôle pénitentiaire du Nord vaudois décline sa sécurité en trois couches

Teaserbild-Quelle: Etat de Vaud

L’Etat de Vaud s’est livré à l’exercice délicat d’intégrer sa future prison centrale de la plaine de l’Orbe dans son voisinage. La sécurisation des 362 ha des surfaces agricoles concernées et des bâtiments du futur pôle pénitentiaire est ainsi conçue en trois couches, entre accès aux visiteurs et exigences de la détention de personnes.

Prison Grands Marais 2

Crédit image: Hootsmann Architectuur et C.W. Hiltebrand & Hager Architects

Le pôle pénitentiaire qui va inclure la future prison des Grands-Marais pose déjà d’épineuses questions de sécurité, tant pour ses détenus que pour ses visiteurs.

La construction d’une nouvelle prison dans le Nord vaudois n’est pas une mince affaire, Le canton a revu son concept de sécurité, d’une part pour éviter les évasions des détenus, et d’autre part pour permettre aux personnes extérieures à l’établissement d’y bénéficier d’un accès contrôlé. Et cela concerne aussi les 362 hectares de terres agricoles exploitées par le complexe pénitentiaire.

Un seul point d’accès
Le projet de nouvelle prison est ambitieux. Le canton s’est donné cinq ans pour le réaliser. La réflexion sécuritaire s’est déroulée sur tout le périmètre prévu, à l’exception du parking principal réservé aux visiteurs. Il prévoit un unique point d’accès au complexe, tout en tenant les détenus à distance du public.

Les drones remplaceront partiellement la clôture
Le site a donc été découpé en trois zones. La première englobe l’ensemble des parcelles et des infrastructures du futur pôle pénitentiaire. Il aura pour fonction d’empêcher l’intrusion de piétons dans les endroits les plus sécurisés et les champs cultivés par les détenus. L’exploitation des terres agricoles sera surveillée par des dispositifs de pointe, comme des drones par exemple. Cela permettra de ne pas construire de clôture sur tout l’ensemble du périmètre. Le concept de surveillance prévu s’apparente à celui qui protège des sites sensibles, comme des centrales nucléaires ou des unités pétrochimiques.

La faune doit rester libre
La deuxième zone sera conçue pour contrôler l’accès des véhicules et favoriser les déplacements de la faune sauvage présente sur le site. Elle sera équipée d’un grillage renforcé. Le dernier périmètre, d’une très haute sécurité, sera délimité par les murs et les enceintes propres à chacune des unités pénitentiaires prévues.

Périmètre sécurité Prisons VD

Crédit image: Etat de Vaud

Le périmètre du futur pôle pénitentaire du Nord Vaudois comprend 362 hectares de terres agricoles.

L’Etat de Vaud va aussi construire une nouvelle prison sur place. Il prévoit d' incarcérer jusqu’à 1000 détenus sur le site. La sécurisation du périmètre actuel est donc prise très au sérieux. La mise à l’enquête du plan d’affectation de la zone a révélé plusieurs failles, montrant la complexité de créer un complexe de bâtiments fermés tout en y favorisant la biodiversité. Le canton estime avoir trouvé le meilleur compromis pour faire accepter son projet de pôle pénitentiaire par la population.

Une prison modulaire

Autres articles intéressants

Annonces

Profils d'entreprises

Erbatec SA

Trouvez facilement et simplement des contacts avec des artisans et des fabricants grâce aux nouveaux profils d'entreprise.

Batimag Analyse

analyse

Nouvelle analyse trimestrielle du secteur suisse de la construction

Une synthèse visuelle et concise de l'activité de construction dans toute la Suisse. ​Découvrez l'évolution des demandes de permis de construire par région et par catégorie de bâtiment pour voir les domaines domaines qui devraient enregistrer une augmentation des commandes.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

newsico

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.