15:19 TECHNIQUE

L’EPFL renforce un blindage de béton par du polyéthylène

Teaserbild-Quelle: EPFL, Nadia Barth

Le dispositif confiné de recherche sur les plasmas de l’EPFL avait mal à son blindage d’origine. Il n’a fallu que sept mois de travaux pour que dernier soit renforcé pour arrêter les particules émises lors des expériences. Pour cela, du polyéthylène est venu en partie remplacer les protections en béton.

Swiss Plasma Center EPFL

Crédit image: EPFL, Nadia Barth

Le Swiss Plasma Center peut poursuivre ses travaux en protégeant mieux son personnel de recherche contre le rayonnement de particules nocives.

A la pointe de la recherche mondiale sur la fusion, le Swiss Plasma Center de l’EPFL a dû renforcer la sécurité de son bâtiment pour poursuivre ses travaux. En quelques mois, il a pu améliorer l’efficacité de son espace expérimental confiné, appelé Tokamak, par le renforcement de son blindage. Plus de 220 t de plaques de polyéthylène sont venues épauler la protection en béton de ses installations ouvertes en 1992 sur le campus d’Ecublens (VD). Avec pour avantage de lutter contre le rayonnement des neutrons générés par les expériences scientifiques.

Enveloppe reconstruite
Cette transformation a combiné les capacités opérationnelles de la direction de l’EPFL avec la recherche scientifique. Elle a consisté à reconstruire l’enveloppe du tokamak, dispositif expérimental de confinement magnétique explorant la physique des plasmas. Elle aussi permis la recherche de nouveaux matériaux de blindage. Une plaque de polyéthylène de 20 cm d’épaisseur a en effet les mêmes propriétés que 50 cm de béton.

Entre béton recyclé et plaques
Les travaux d’adaptation des installations, menés avec un institut de Ljubljana, en Slovénie, ont duré sept mois. Le nouveau blindage du tokamak se compose de blocs de béton recyclé sur les trois premiers mètres des murs existants. Il est complété par une ceinture de plaques de polyéthylène de 20 cm d’épaisseur et en toiture, d’une couverture en béton. L’ensemble est surmonté d’un toit démontable, également en polyéthylène et épais de 35 cm. Les portes de polyéthylène boré ont une épaisseur de 35 cm. Une série de tests a montré un blindage parfait.

L’EPFL précise que c’est la première fois que le polyéthylène est utilisé à une aussi vaste échelle dans la construction. Même si c’est pour une coque comprenant une chambre à vide de forme très allongée et chauffée par deux systèmes neutres d’une puissent de 1 MW chacun. Les neutrons et les photons dégagés lors des expériences en sont mieux arrêtés. L’ancien blindage en béton baryte ne pouvait en effet plus satisfaire les chercheurs.

 

Autres articles intéressants

Annonces

Profils d'entreprises

CPC Solution AG

Trouvez facilement et simplement des contacts avec des artisans et des fabricants grâce aux nouveaux profils d'entreprise.

Batimag Analyse

analyse

Nouvelle analyse trimestrielle du secteur suisse de la construction

Une synthèse visuelle et concise de l'activité de construction dans toute la Suisse. ​Découvrez l'évolution des demandes de permis de construire par région et par catégorie de bâtiment pour voir les domaines domaines qui devraient enregistrer une augmentation des commandes.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

newsico

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.