11:42 TECHNIQUE

L’EPFL simplifie la détection et le suivi des fissures dans le béton

Teaserbild-Quelle: EPFL, Alain Herzog, CC_BY-SA_4.0

Grâce à l’intelligence artificielle, la détection de fissures dans le béton ne nécessitera bientôt plus d’observations à l’œil nu ni de mesures avec une petite règle. Un étudiant de l’EPFL a exploré le moyen d’effectuer ce travail à l’aide d’une simple photo.

 

Fissures béton détection EPFL

Crédit image: EPFL, Alain Herzog, CC_BY-SA_4.0

Hugo Nick teste la méthode automatique de détection nommée «approche par les bords», à l'aide de son smartphone.

L’intelligence artificielle peut servir, notamment dans le secteur de la construction et du génie civil. Hugo Nick, un ancien étudiant de l’EPFL, a consacré son travail de master à l’application de nouvelles techniques de détection des fissures dans le béton, en particulier sur des ouvrages d’art ou des bâtiments. L’étude permet d’aller plus loin que l’observation sur place, et les ingénieurs peuvent ainsi mieux anticiper leurs interventions.

Les faiblesses de l’œil nu
L’étudiant a travaillé avec le Laboratoire de construction en béton de l’EPFL. Il a cherché à automatiser la détection de fissures pour améliorer la qualité des constats faits ordinairement à l’œil nu. S’il est normal d’observer la formation de fissures dans le béton, cela peut se révéler imprécis voire impossible dans des endroits inaccessibles. Le recours au numérique peut ainsi pallier les inconvénients de la réglette.

Simulation en laboratoire
Hugo Nick a utilisé deux outils pour apporter la démonstration de son hypothèse initiale. Tout d’abord, il a eu recours à la corrélation d’images numériques en simulant en laboratoire la création d’une fissure dans le béton. Les images de ce processus ont été ensuite compilées pour reconstituer l’évolution de la déformation du matériau. Leur interprétation permet ainsi de déterminer comment la fissure va se comporter.

Un instantané qui dure
La seconde méthode utilisée par l’ancien étudiant est moins connue. Le Laboratoire d’ingénierie sismique propose une « approche par les bords », sur la base d’une simple photo. L’analyse du cliché utilise un algorithme de détection fonctionnant avec l’intelligence artificielle et qui arrive à prédire la détection d’une fissure et son évolution. Hugo Nick estime que cette approche présente de nombreux avantages. Cela pour autant que la photo soit prise à la bonne distance et que la taille de l’image soit suffisante.

Le drone pour l’inaccessible
Cette nouvelle méthode peut aussi résoudre les problèmes d’accès aux ouvrages à inspecter. Un drone peut ainsi suppléer. Les recherches doivent cependant être poursuives pour renforcer la fiabilité de ce mode de détection de fissures et d’évaluation de la dangerosité de celles-ci.

Autres articles intéressants

Annonces

Profils d'entreprises

Erbatec SA

Trouvez facilement et simplement des contacts avec des artisans et des fabricants grâce aux nouveaux profils d'entreprise.

Batimag Analyse

analyse

Nouvelle analyse trimestrielle du secteur suisse de la construction

Une synthèse visuelle et concise de l'activité de construction dans toute la Suisse. ​Découvrez l'évolution des demandes de permis de construire par région et par catégorie de bâtiment pour voir les domaines domaines qui devraient enregistrer une augmentation des commandes.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

newsico

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.