11:01 TECHNIQUE

Les plus grands navires jetables en bois ont été construits en Russie

Teaserbild-Quelle: Domaine public

En Russie, au XIXᵉ siècle, il existait ce que l'on appelait des belyanas: d'énormes bateaux en bois construits pour le transport du bois sur le fleuve. Le matériau utilisé pour construire ces géants, parfois longs de plus de 100 m, constituait également leur cargaison.

Photo d'une grande Beljana en 1917. Ils s'agissait d'énormes bateaux en bois construits pour le transport du bois sur le fleuve.

Crédit image: Domaine public

Photo d'une grande belyana en 1917. Il s'agissait d'énormes bateaux construits pour le transport du bois sur le fleuve.

Les belyanas ont été construites dans le seul but de transporter d'énormes quantités de bois sur la Volga, en Russie. Au lieu de laisser les troncs flotter simplement jusqu'à leur destination finale, ils étaient rapidement installés dans d'énormes barques qui étaient ensuite transportées vers l'aval. Une fois arrivées à destination, les imposantes constructions étaient ensuite démontées et le bois vendu. Cette pratique a été particulièrement utilisée entre le XVIᵉ et le XIXᵉ siècles.

Des centaines de barques étaient construites de cette manière chaque année et descendaient les rivières. Le bois était abattu en hiver et la construction des bateaux en bois commençait après la crue printanière, lorsque les rivières retrouvaient leur débit normal. Les travaux de construction duraient souvent tout l'été, de sorte que les moyens de transport étaient achevés à l'automne. 

Epicéa et pin
La coque d'une barque était généralement fabriquée à partir de poutres en épicéa et de planches de pin. Le fond plat était en épicéa et les parois en pin écorcé. Pour construire une belyana de taille moyenne, il fallait environ 240 troncs de pin et 200 troncs d'épicéa. De plus, à l'origine, les bateaux étaient construits sans un seul clou. Ce n'est que plus tard, au XIXᵉ siècle, que des clous en fer ont été partiellement utilisés.

Les bateaux n'avaient pas de propulsion motorisée et se déplaçaient uniquement grâce aux mouvements du fleuve. Un grand gouvernail était toutefois fixé à l'arrière pour permettre au capitaine de diriger le bateau.

Crédit image: Domaine public

Les bateaux n'avaient pas de propulsion motorisée et se déplaçaient uniquement grâce aux mouvements du fleuve. Un grand gouvernail était toutefois fixé à l'arrière pour permettre au capitaine de diriger le bateau.

Le goudron de bois, utilisé dans la construction navale pour l'étanchéité des planches de bois à l'extérieur n'était effectivement pas utilisé. Au lieu de cela, les troncs ont simplement été très solidement attachés ensemble. L'absence de goudron et le bois écorcé donnaient aux barques un aspect blanchâtre, d'où le nom de Belyana, dérivé du mot russe signifiant pâle ou blanc.

Les dimensions que présentaient les bateaux en bois étaient imposantes: ils pouvaient atteindre 120 m de long, 25 m de large et 5 m de haut. La capacité de chargement d'une grande belyana était en outre d'environ 12'800 t. Les variantes plus petites présentaient un tirant d'eau compris entre 2,5 et 2,8 m et pouvaient transporter jusqu'à 1'600 t. Les bateaux de taille moyenne avaient un tirant d'eau de 3,5 m et pouvaient transporter 3'200 t.
L'équipage se composait généralement de 15 à 35 marins. Sur les plus grands navires, on comptait toutefois jusqu'à 100 personnes, dont la plupart travaillaient sur les pompes qui évacuaient l'eau de la coque, car celle-ci était souvent inondée pendant la navigation.

Les beljanas sillonnaient jusqu'à 3'000 km sur la Volga avant d'atteindre leur destination finale et être démontés.

Crédit image: Domaine public

Les belyanas sillonnaient la Volga sur des milliers de kilomètres avant d'atteindre leur destination finale et être démontées.

Les belyanas parcouraient jusqu'à 3000 km sur la Volga avant d'atteindre leur destination. En règle générale, il s'agissait des ports d'accostage de Saratov, Zarityn (l'actuelle Volgograd) et Astrakhan. Le bois et la coque y étaient ensuite débités en bois de chauffage ou transportés vers des scieries pour y être transformés. Les cabines des barques étaient également réutilisées et vendues comme petites maisons préfabriquées.
Les belyanas ont connu leur apogée au milieu du XIXᵉ siècle, en même temps que la navigation à vapeur sur la Volga. Comme les bateaux à vapeur fonctionnaient alors au bois, il y avait une forte demande de bois de chauffage. Mais plus tard, lorsque les bateaux ne fonctionnaient plus qu'au pétrole, la demande en bois a fortement diminué. Avec le développement du système ferroviaire, les belyanas sont devenus pratiquement inutiles, car les coûts de transport étaient moins élevés sur le rail que sur l'eau.
Aujourd'hui, il n'existe donc plus que des photos historiques de ces immenses barques en bois, qui offrent un aperçu intéressant de la pratique. (Pascale Boschung)

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.