14:30 DIVERS

Alerter sur les chalets illégaux de Verbier conduit au licenciement abusif

Teaserbild-Quelle: Leo-setä, flickr, CC BY-SA 2.0

Le licenciement de l’employé de l’ancienne commune de Bagnes (VS) qui avait alerté les autorités sur leurs pratiques illégales en matière de construction de chalets à Verbier est reconnu abusif. Le président et le secrétaire municipal de l'époque des faits sont donc reconnus de faux dans les titres et condamnés à une peine pécuniaire avec sursis.

 

Chalets Verbier

Crédit image: Leo-setä, flickr, CC BY-SA 2.0

Le lanceur d'alerte a finalement pu faire valoir ses droits en contestant son licenciement.

Le président et le secrétaire de l’ancienne commune de Bagnes (VS) sont définitivement coupables de faux dans les titres pour avoir licencié abusivement en 2016 un employé qui avait révélé l’affaire de la construction illégale de centaines de chalets à Verbier. Le Tribunal cantonal valaisan a confirmé un jugement rendu en première instance. Il a même aggravé la peine infligée – quelques jours-amende avec sursis.

Il y a quelques années, la construction était complètement bouleversée à Verbier en raison de passe-droits abusifs accordés pour des centaines de projets de nouveaux chalets. L’ampleur de l’affaire avait d’ailleurs invité Franz Weber à lancer son initiative pour combattre la construction de résidences secondaires. Un texte qui avait trouvé grâce devant le peuple, au grand dam des cantons alpins comme le Valais.

Un long combat judiciaire
Le canton a aussi réagi en mettant l’ancienne commune de Bagnes – aujourd’hui étendue à toute la vallée – en demeure de régulariser son régime de construction au plus vite. Après un très long combat judiciaire, les autorités communales ont perdu leur cause et ont dû s’exécuter. Mais, parallèlement, l’employé lanceur d’alerte avait perdu son emploi.

Selon la justice, les raisons invoquées pour le licenciement – une prétendue réorganisation de l’administration communale – n’étaient pas justifiées. Le Tribunal cantonal a même qualifié ces documents – la lettre et les motifs de la résiliation des rapports de travail - de faux dans les titres. Il a estimé leur contenu « trompeur ».  Les deux prévenus avaient été condamnés en première instance à une peine pécuniaire avec sursis, mais les juges cantonaux ont estimé que la sanction n’était pas suffisante.

Autres articles intéressants

Annonces

Profils d'entreprises

Trimble Suisse GmbH

Trouvez facilement et simplement des contacts avec des artisans et des fabricants grâce aux nouveaux profils d'entreprise.

Batimag Analyse

analyse

Nouvelle analyse trimestrielle du secteur suisse de la construction

Une synthèse visuelle et concise de l'activité de construction dans toute la Suisse. ​Découvrez l'évolution des demandes de permis de construire par région et par catégorie de bâtiment pour voir les domaines domaines qui devraient enregistrer une augmentation des commandes.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

newsico

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.