14:10 DIVERS

Le pigment bleu d'Egypte de l’Antiquité a aussi des origines italiennes

Teaserbild-Quelle: Thomas Schmid

Pendant des millénaires, le bleu égyptien n'a été produit qu'en Egypte. Cependant des analyses effectuées à Avenches (VD) et à Augst (BL) sur des fragments de peintures murales ont confirmé que le pigment a également été produit en Europe, près de Naples. 

Sphères pigmentaires de bleu d'Egypte et fragment de mur trouvés dans les vestiges archéologiques des anciennes villes romaines d'Aventicum (en haut) et d'Augusta Raurica.

Crédit image: Thomas Schmid

Les sphères pigmentaires de bleu d'Egypte se retrouvent sur les sites des anciennes villes romaines d'Avenches (en haut) et d'Augusta Raurica (BL).

Le bleu intense était précieux et sa recette gardée secrète pendant des millénaires. Ce pigment était utilisé en Egypte pour les peintures murales et les sarcophages. Premier matériau de l’histoire à être utilisé ainsi, il aurait été découvert dans le cadre de la production de verre et de l'extraction du cuivre.

Pendant longtemps, l'Egypte a été le seul pays à en faire le commerce. Cela n'a probablement changé qu'au premier siècle de notre ère. Du moins l’architecte, ingéneiru et théoricien Vitruve l’affirme-t-il dans un traité. Il y parle d'un «certain Vestorius» qui l’aurait utilisé près de Naples dans diverses constructions.

Buste de Néfertiti au Musée égyptien de Berlin. Le bleu égyptien avait été utilisé pour la couronne.

Crédit image: Wikimedia Commons, Philip Pikart, travail personnel, CC BY-SA 3.0b

Buste de Néfertiti au Musée égyptien de Berlin. Le bleu égyptien a été utilisé pour peindre la couronne.

L'année dernière déjà, la technicienne en art Petra Dariz de la Haute école des arts de Berne et le chimiste Thomas Schmid de l'Institut fédéral de recherche et d'essai des matériaux de Berlin, ont constaté que ce bleu tant convoité dans l’Antiquité avait effectivement été fabriqué en Campanie. Mais ils ont pu prouver que le bleu d'Egypte utilisé dans les peintures murales du début du Moyen Age dans une église du Tyrol du Sud avait des traces napolitaines.

Image microscopique d'une sphère pigmentaire d'Augusta Raurica, réalisée dans le cadre du projet de recherche «Composants à l'état de traces dans le bleu égyptien».

Crédit image: Thomas Schmid

Image microscopique d'une sphère pigmentaire d'Augusta Raurica.

L'étude suisse sur les sites antiques d’Avenches et  d’Augusta Raurica a été effectuée à l'aide de la micro-spectroscopie Raman. La surface des boules de pigments et des fragments de peinture murale a été balayée au laser de manière non destructive et a fait l'objet d'une analyse chimique sur toute sa surface. La Haute école des arts de Berne a ainsi identifié 40 composants à l'état de traces des matières premières. C'est ainsi qu'il a été possible de détecter, entre autres, des sables de plage transportés dans le golfe de Gaeta à proximité des sites de production mentionnés par Vitruve, en tant que sédiments fluviaux du Volturno.

Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.