14:41 ECONOMIE

L'économie suisse toujours dépendante de la crise énergétique cet hiver

Teaserbild-Quelle: KOF

Le Centre zurichois de recherches conjoncturelles (KOF) estime que le PIB devrait croître de 2,1 % cette année et de seulement 1 % l'année prochaine en Suisse. La crise énergétique frappe, même si les inquiétudes de la population concernant l'approvisionnement en gaz pour cet hiver ont un peu diminué. 

KOF

Crédit image: KOF

La crise énergétique, la hausse généralisée de l'inflation et la fin des effets de rattrapage après la crise du Covid 19 ont entrainé les indicateurs conjoncturels internationaux à la baisse depuis déjà un certain temps. Pour cet hiver ou le premier semestre 2023, le centre zurichois de recherches conjoncturelles (KOF) s’attend à une baisse de la production économique dans certains pays. L'économie suisse ne pourra pas complètement échapper à ce phénomène. Elle devrait toutefois éviter une récession en raison de sa capacité de résistance relativement élevée, et le niveau de production devrait néanmoins stagner. Selon les prévisions du KOF, le PIB réel suisse augmentera en moyenne de 2,1% cette année (corrigé des grands événements sportifs), de 1% seulement en 2023 en raison de la stagnation mentionnée au premier semestre et de 1,7% à nouveau en 2024.

L'inflation à la baisse
Le renchérissement en Suisse a récemment de nouveau légèrement baissé en raison d'un recul des prix du pétrole. Il est nettement inférieur à celui d'autres pays européens, mais nettement supérieur à l'objectif d'inflation fixé par la BNS. Au premier trimestre 2023, les prix réglementés de l'énergie seront relevés, ce qui entraînera une nouvelle pression inflationniste. La disparition des effets de base entraînera ensuite une baisse de l'inflation au cours de l'année 2023. Le KOF prévoit pour 2022 une hausse des prix à la consommation de 2,9%, pour 2023 de 2,3% et pour 2024 de 1,1%.

KOF

Crédit image: KOF

En raison de l'affaiblissement de la conjoncture, l’attractivité du marché du travail s'affaiblira à la fin de l'année et la création d'emplois s'aplatira. Cette dynamique de l'emploi plus faible a pour conséquence que le chômage ne continuera pas à baisser. Toutefois, le KOF ne s'attend pas non plus à une hausse sensible du nombre de demandeurs d’emploi. Selon le mode de calcul de l'Organisation internationale du travail (OIT), le taux de chômage devrait s'élever à 4,2% à la fin de cette année. Pour les années 2023 et 2024, le KOF prévoit respectivement 4,1% et 4,3%.

Révisions des salaires
Les salaires réels devraient baisser de 1,3% en 2022, car les partenaires sociaux n'ont pas pu intégrer les hausses inflationnistes inattendues dans leurs négociations salariales. Compte tenu de l'inflation toujours élevée, les accords salariaux de l'année prochaine devraient être plus élevés que précédemment. De plus, la bonne situation du marché du travail, malgré une phase de faiblesse conjoncturelle, fait que les augmentations de salaires compensent les pertes de pouvoir d'achat dues à l'inflation, avec une hausse prévue des salaires réels de 0,1% en 2023 et de 0,6% en 2024.

Consommation en berne
Le climat de consommation calculé par le Seco a atteint en octobre un nouveau niveau historiquement bas. Néanmoins, la consommation privée augmentera fortement en 2022, avec une prévision de 4,1%, grâce notamment à des effets statistiques excédentaires de l'année précédente et à un rattrapage après la pandémie au cours du premier semestre 2022. Courant 2023, la croissance de la consommation devrait être inférieure à la moyenne en raison d’une baisse du revenu réel disponible. La bonne situation du marché du travail et les effets de rattrapage soutenus liés à la crise sanitaire empêchent toutefois une stagnation. Pour l'ensemble de l'année 2023, le KOF prévoit une augmentation de la consommation privée de 2%.

Redémarrage des exportations
En raison de la faiblesse de la conjoncture internationale, les exportations devraient peu évoluer au premier semestre 2023. Il en va de même pour les importations. Les exportations devraient reprendre de la vigueur au second semestre de l’année prochaine grâce à une reprise prévue en Europe. Pour l'ensemble de l'année 2023, le KOF prévoit une augmentation des exportations de 2,1%, contre 4,7% cette année. Pour l'année 2024, celles-ci devraient croître de 5,3%.

Le risque de pénurie d'énergie a diminué
Le risque de crise énergétique en Suisse et ailleurs en Europe a récemment diminué. Cela s'explique par la baisse de la consommation d'énergie due au ralentissement économique, mais aussi par les températures douces de l'automne, les pluies abondantes et la poursuite probable des efforts d’économie d'énergie ainsi que de se tourner vers des produits énergétiques moins rares.

Autres articles intéressants

Annonces

Profils d'entreprises

CFR Commerce de fer SA

Trouvez facilement et simplement des contacts avec des artisans et des fabricants grâce aux nouveaux profils d'entreprise.

Batimag Analyse

analyse

Nouvelle analyse trimestrielle du secteur suisse de la construction

Une synthèse visuelle et concise de l'activité de construction dans toute la Suisse. ​Découvrez l'évolution des demandes de permis de construire par région et par catégorie de bâtiment pour voir les domaines domaines qui devraient enregistrer une augmentation des commandes.

KOF-Baublatt-Ausblick

Der KOF-Baublatt-Ausblick beziffert die zu erwartenden nominellen Bauinvestitionen der nächsten vier Quartale. Erstellt wird die Prognose von der KOF Konjunkturforschungsstelle der ETH Zürich. Die Analyse basiert auf Daten zu Baubewilligungen und -gesuchen, welche die Baublatt-Herausgeberin Docu Media Schweiz GmbH systematisch erhebt.

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

newsico

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.