14:11 PROJETS

Frank Muller parie sur le château d’Allaman pour son prestige

Teaserbild-Quelle: CC BY-SA 4.0_Leemburg-CH

Gouffre à millions, le château d’Allaman en a déjà englouti quelques dizaines. Le groupe horloger Frank Muller est prêt à s’investir pour rendre au domaine tout son lustre et en faire un haut lieu culturel et événementiel très haut de gamme. Les parties les plus anciennes du château remontent au XIIIe siècle.


Château d'Allaman racheté par le groupe Frank Muller (CEO Vartan Sirmakes)

Crédit image: CC BY-SA 4.0_Leemburg-CH

Le Château d'Allaman a connu bien des vicissitudes ces dernières années. Désormais, il sera un haut lieu de l'événementiel.

Cette fois, c’est fait! A en croire le quotidien La Côte, le groupe horloger Frank Muller s’est porté acquéreur du château d’Allaman (VD). Cette demeure emblématique, qui s’accompagne d’un domaine vinicole renommé, était à vendre depuis que la société Château d’Allaman SA, propriétaire des lieux était partie en faillite. Estimé à l’époque entre 80 et 120 millions de francs selon Wüest Partners, le domaine avait finalement été racheté 20 millions, en 2018, par le principal créancier, la banque JP Morgan. Le prix de l’acquisition par Frank Muller n’est pas connu.

Le groupe horloger et son CEO Vartan Sirmakes ont l’intention de faire du château un haut lieu de l’événementiel de luxe. Dans l’horlogerie, certes. Mais pas seulement. Il est question d’expositions liées au vin, à des réceptions et de événements culturels.

Restauration inachevée
Jusqu’en 2006, le château d’Allaman était en bien piètre état. Personne ne s’était lancé dans la moindre rénovation depuis des lustres. Il a fallu le rachat des lieux par Markus Jerger, un homme d’affaires allemand, familier de la jet-set, pour que le domaine commence à revivre. Rêvant tour à tour d’en faire un palace avec wellness ou une résidence de luxe avec logements de haut standing, l’homme, à la tête de la société Château d’Allaman SA, avait mandaté en 2009 les architectes nyonnais Nicolas Delachaux et Denis Glatz pour restaurer l’édifice. Les façades, le toit, les papiers du XVIIIe siècle et les boiseries ont été sauvés au prix de nombreux millions. Mais faute de finances suffisantes… on connait la suite. Au tour du groupe Frank Muller de reprendre le flambeau.


Autres articles intéressants

Annonces

Dossiers

Bois

Bois

Le bois dans tous ses états

S'abonner à la newsletter.

Avec la Newsletter-Batimag, vous recevez régulièrement des nouvelles pertinentes et indépendantes sur l'actualité de la construction en Suisse et dans le monde.